| SOMMAIRE | PLAN | RÉSUMÉ    

 
Données de santé
Le dossier médical de Google
L’hébergement des informations du patient vu par le géant de l’Internet
Première publication : 1er janvier 1970, mise en ligne: lundi 25 février 2008 -  Bertrand Hue

Les créateurs de Google ont toujours souhaité mettre Internet au service de la population dans le but d’améliorer la vie de tout un chacun. Le domaine de la santé leur est cher et ils ont décidé de se lancer dans la gestion des données de santé en collaboration avec la Cleveland Clinic.

Le dossier médical personnel, son hébergement et sa mise en place connaissent bien des déboires depuis quelques années en France. [...]

Googlestetho.jpg

Lire la suite de l’article "Le dossier médical de Google"



Partager   Publier sur Twitter  Publier sur Twitter  Publier sur Facebook  Publier sur Twitter  Publier sur Wikio  Publier sur Scoopeo  Publier sur Blogmarks  Publier sur Myspace  Publier sur Technorati  Ajouter un favori Google  Ajouter un favori LiveMSN  Publier sur Yahoo  Digg  Sphinn  del.icio.us  Zataz  Friendfeed 


 

Forum de l'article

  • Le dossier médical de Google
    25 février 2008, par mezzo
    Bonjour,
    J’aurais bien aimé lire dans votre article un paragraphe concernant le danger que représente Google en ce qui concerne le regroupement de données...
    Google surveille déjà nos activités sur le net... est une plateforme publicitaire...
    Maintenant ils auront aussi nos informations médicales ? Qui va financer tout ça ?
    Les laboratoires pharmaceutiques ? Pour mieux nous proposer des médicaments qui correspondent à nos besoins ?
    Pour l’instant rien de grave... mais dans un avenir proche... lorsque ce sera admis et bien installé...
    Oui je sais... Big Brother... la théorie du complot etc... Mais pensez-y sérieusement avant d’applaudir des deux mains...
    (Ce que vous ne faites pas dans votre article... vous ne faites que présenter l’outil)
    Amicalement
    • Le dossier médical de Google
      26 février 2008, par Bertrand Hue

      Cet article n’a pas pour but d’attiser une polémique sur Google.

      Si Google est le moteur de recherche utilisé par le plus grand nombre d’internautes, ce n’est pas un hasard. Ses outils dérivés ont un énorme succès, car ils sont bien pensés et personne n’est forcé d’y faire appel. Rien n’oblige à cliquer sur les liens sponsorisés et à accepter le modèle économique du moteur de recherche, qui permet de financer des projets comme celui décrit dans l’article.

      Nous sommes dans une société où le recueil des données nous concernant est permanent (consommation électrique, services bancaires, électronique embarquée dans les véhicules, communications téléphoniques, fournisseurs d’accès à Internet, etc.). Il convient de rester vigilant, comme vous le soulignez, mais l’ennemi n’est peut-être pas là où l’on voudrait nous le faire croire.

      Le recueil des données de santé, en France, est prévu par la loi. Le code de la santé publique dispose de l’hébergement de ces données. En France, des tests à échelle régionale ont déjà été effectués sous l’égide des pouvoirs publics avec des partenaires comme Microsoft ou Siemens.

      Le projet de Google a des particularités qui entraînent des différences juridiques majeures. Contrairement au dossier médical personnel informatisé prévu sur notre territoire, rien n’est imposé au patient. Le patient est volontaire. Personne n’est obligé d’utiliser les services de Google, que ce soit comme moteur de recherche ou comme véhicule de données de santé.

      Aucun contrôle n’est effectué à partir de ces données quant aux dépenses de santé effectuées par le patient. En l’état actuel, il n’est pas prévu d’interfaçage avec des organismes de remboursement. L’outil est développé uniquement pour améliorer la qualité des soins. Le côté "big brother" est très nettement atténué par rapport à ce qui veut être imposé dans l’hexagone.

      Un projet développé en concertation entre les patients, les médecins, les établissements de soins et les informaticiens, très différend du modèle français où les décisions politiques sont prépondérantes. On ne donne pas l’impression au patient d’être au coeur du dispositif. On l’y met réellement. Le patient est libre de ne pas communiquer les informations au médecin qu’il consulte. Le remboursement de sa consultation n’est pas dépendant de cet élément dans le projet de la Cleveland Clinic.

      Un hébergement qui reste au sein des établissements de santé ou sous la responsabilité d’un professionnel de santé et auquel le patient a accès librement. Pas d’hébergement externalisé, ajoutant des coûts supplémentaires et des problèmes de droit qui finiront par alimenter le contentieux.

      La gratuité côté patient comme côté professionnel, sans investissement public, ce qui est là encore très différent du modèle français financé (plusieurs milliards d’euros) en très grande partie par les contribuables.

      Enfin, un outil qui devrait pouvoir s’adapter bien plus souplement aux évolutions incessantes des technologies, sans aucune lourdeur administrative.

      Où est l’intérêt du patient ? Du citoyen ?

      Dans quel système y a-t-il le plus de libertés ?

      À méditer. _

      • Le dossier médical de Google
        31 mars 2008, par lds
        C’est très intéressant. Quelques points sont à éclaircir
         sur la rémunération de Google : de quelle manière elle s’effectue (publicité ? utilisation des données personnelles ?)
         sur la sécurité des informations personnelles mise en ligne
        J’aimerais bien voir à quoi ressemble l’interface proposé au patient et au médecin.
        A mon sens, il existe une "richesse" d’information très importante dans les dossiers médicaux, il est nécessaire que cette richesse soit utilisée à des fins scientifiques avant tout. Il est clair que pour le moment cette richesse n’est quasiment pas exploitée.
      • Le dossier médical de Google
        20 mai 2008, par Plaisir de rire

        En lisant le "chapeau" de votre article :

        "Les créateurs de Google ont toujours souhaité mettre Internet au service de la population dans le but d’améliorer la vie de tout un chacun. Le domaine de la santé leur est cher et ils ont décidé de se lancer dans la gestion des données de santé en collaboration avec la Cleveland Clinic."

        je croyais que vous alliez être très ironique par rapport à cette tentative. Mais non, vous semblez vraiment croire à la bonté désintéressée de Google omniscient et donc tout-puisant.

        Vous méritez le Royaume du Ciel.


Imprimer Imprimer cet article

      

  

 

 

  

 

Dans la même rubrique

Les implications de l’affaire Perruche
La faute caractérisée et la notion de probabilité
Devant les sections ordinales des assurances sociales
Le piège des bonnes pratiques médicales
Des lendemains qui déchantent pour les médecins hospitaliers
Bilan des sinistres en ophtalmologie au fil des ans
Les publications médicales dans les prétoires
Ecole et certificats médicaux
Le dépôt des biens et des valeurs à l’hôpital et en clinique
Particularités des dispositifs médicaux « sur mesure »


THÈMES ABORDÉS

Dossier médical
L’accès direct du patient au dossier médical en cabinet libéral
Conservation des dossiers de consultations privées à l’hôpital public
Faut-il garder un œil sur ses dossiers ?
Le dossier médical face à la gestion des risques juridiques et financiers
Evolution de l’accès des ayants-droit au dossier médical
L’Interne face au dossier médical
Le secret médical à l’aune de la Convention européenne des droits de l’homme
Le dossier médical personnel
Combien de temps faut-il conserver les documents santé ?  
Nouvelles règles d’archivage des informations médicales  
Déclaration des fichiers médicaux à la CNIL  
De la bonne tenue du dossier médical  
Fichiers, traitement de données et recherche médicale  
Le droit médical avec Quintura  
e-DMP : aspects juridiques  
Dossier médical en 2004  
Tout sur le dossier médical personnel  
Conservation des dossiers de consultations privées à l’hôpital public  

e-DMP
Patient inconscient, médecin régulateur et accès au dossier médical personnel  
Hébergement du dossier médical  
Responsabilité médicale et e-DMP  
Médecin et site Internet  
Une charte de qualité pour les logiciels d’aide à la prescription  
Europe et e-santé  
La CNIL autorise les expérimentations du dossier médical personnel blanc  

Entreprise
Diplômes de la communauté européenne
Prévention, aptitude et médecine du travail
Demandes d’emploi : droit de la santé
Médecin collaborateur libéral : du pour et du contre...
Responsabilité civile 2006 : de nouvelles difficultés à prévoir ?
Traitez... vos déchets !
Ce que change la définition du conjoint collaborateur
Refus ou absence du salarié à la visite médicale du travail
A propos de la responsabilité civile professionnelle du médecin salarié
La Sham publie la sinistralité 2005 de ses assurés
Astreinte médicale et établissement privé  
Vente des parts d’une SCP  
Distinction entre cabinet médical et clientèle  
Des papys dans les start-up ?  
Reclassement, employeur et médecin du travail  
Le code du travail en consultation gratuite  
Nouvelles mesures pour les entreprises libérales  
Les droits des conjoints collaborateurs  
Amiante et cabinet médical  
Collaborateur salarié : les contrats proposés par l’Ordre des médecins  


SUR LE WEB


Le consentement à l'acte médical en droit comparé
Les décisions médicales de fin de vie : comparaison France, Canada, Pays-Bas
La personne de confiance à Cochin Saint-Vincent-de-Paul
La personne de confiance en éthique clinique
La personne de confiance en médecine de ville
La personne de confiance dans les hôpitaux publics
Introduction de la notion de personne de confiance dans la loi
Dossier médical personnel et droits des personnes



Bertrand Hue
DESS de droit médical

Refus ou absence du salarié à la visite médicale du travail
Ecole et certificats médicaux
Le dossier médical personnel
Un médecin libéral peut-il refuser de voir un patient ?
Ce que change la définition du conjoint collaborateur
 

  

 

Espace publicitaire .

 

 
 
© 2004-2018 Droit-medical.net  Tous droits réservés
MediaMed Iroises - 7402x.5