| SOMMAIRE | PLAN | RÉSUMÉ    

 
Conditions de moralité
Le conseil national de l’ordre des médecins désavoué par le conseil d’État
Une radiation cavalière
Première publication : 1er janvier 1970, mise en ligne: mardi 14 septembre 2010 -  Jacques Vitenberg

Une décision du 23 juillet 2010 du conseil d’État, saisi d’un recours pour excès de pouvoir par le Dr M., annule la décision du 8 juillet 2009 du conseil national de l’ordre des médecins confirmant la radiation du Tableau du médecin concerné. Cette décision a été jugée suffisamment importante pour être publiée au recueil Lebon.

GÉNÈSE ET HISTORIQUE DU DOSSIER

Le Dr M., sanctionné par la section des assurances sociales (SAS) pour des problèmes de nomenclature, ne peut délivrer des soins aux assurés sociaux dans le cadre de l’assurance maladie pendant un an.

Il reste bien évidemment inscrit au tableau de l’ordre des médecins de Paris et part exercer son art chez nos voisins irlandais. Il remplit un formulaire et répond « non » à la question habituelle : « Avez-vous été l’objet d’une sanction disciplinaire vous interdisant l’exercice de la médecine ? »
A l’appui de ce non, il produit un certificat de son conseil départemental attestant qu’il n’a jamais été l’objet d’une sanction disciplinaire lui interdisant l’exercice de la médecine. Ce certificat reflète la vérité, si l’on considère qu’il s’agit stricto sensu d’une suspension du remboursement des soins aux assurés sociaux et que le terme de formation disciplinaire, alors que les SAS sont des formations paritaires, est sujet à caution.
Nous lui aurions également conseillé de répondre non, mais avec un renvoi en bas de page en précisant les raisons et le contenu de la décision de la SAS.

Son exercice se déroule bien jusqu’au jour où une mésentente avec les confrères irlandais déclenche une plainte de l’organisme irlandais correspondant au conseil départemental.
Aucun accident ou incident médical ne peut lui être reproché, seules des plaintes n’ayant pas abouti lui sont présentées. On lui reproche de travailler dans une clinique insuffisamment équipée avec une équipe d’anesthésistes insuffisamment organisée et - et c’est le seul grief ayant quelque consistance - d’avoir un pied à Dublin et l’autre à Paris, ce qui engendre des problèmes au niveau du suivi opératoire et des gardes, et l’oblige à trouver un remplaçant pour chaque absence.
En France, dans un cas identique en l’absence de tout incident, l’affaire se terminerait par une suppression de l’autorisation de l’exercice complémentaire, et la radiation du tableau départemental concerné s’il y a lieu.

On lui reproche également de ne pas avoir déclaré la sanction de la SAS. Ce faisant le dossier prend une tout autre tournure et le conseil professionnel dévoile des aspects inattendus que l’on ne peut qualifier de confraternels.
L’appel de la décision irlandaise se fait devant une Haute Cour correspondant à nos cours d’appel, le respect du principe du contradictoire est loin d’être assuré et la procédure est plus proche d’une simple homologation que d’un véritable appel. Le Dr M. rentre à Paris et, conformément à une directive européenne, l’ordre irlandais informe l’ordre français de la radiation.

LE FEUILLETON PROCÉDURAL

Acte premier

Le conseil départemental de l’ordre de Paris, excipant des dispositions de l’article 56-2 de la directive européenne 2005/36/CE sur un échange d’informations, procède à la radiation du Dr M. au motif suivant.

« Les membres du Conseil considèrent qu’il serait anormal qu’un médecin puisse échapper à l’interdiction d’exercice infligée par un État membre et poursuivre son activité dans un autre État parce qu’il serait inscrit au Tableau de l’Ordre ».

Argument sans pertinence car la directive n’est pas applicable directement, ayant été transposée en droit français dans le code de la santé publique, et que le texte français applicable ne prévoit aucun automatisme de radiation, mais un examen complet du dossier au cours d’un débat contradictoire ; ce débat n’ayant pas eu lieu. L’avocat du Dr M. dépose une requête en suspension auprès du tribunal administratif de Paris, sur la base d’un référé-liberté, et obtient gain de cause.

Acte deux

La formation restreinte du Conseil régional annule la décision départementale de radiation prononcée en l’absence de débat contradictoire, et réexamine l’affaire. Elle rejette le moyen présenté touchant la légalité externe, à savoir que la radiation d’un confrère inscrit pour les motifs invoqués ressort des formations disciplinaires et que nous sommes en présence d’un empiètement du pouvoir administratif sur le judiciaire.
Concernant la légalité interne, la défense réfute les deux motifs : déclaration mensongère et mauvaises pratiques.
Rien n’y fait ; le Dr M. est à nouveau radié, mais au terme d’un débat dit contradictoire. La matérialité des faits reprochés - la fausse déclaration et les mauvaises pratiques - est considérée établie, ce qui est inadmissible en ce qui concerne les mauvaises pratiques.

Acte trois

Recours devant le Conseil national et second référé-liberté, rejeté cette fois. L’atmosphère est beaucoup plus attentive et le Conseil national retire le grief des mauvaises pratiques.
Le débat a réellement lieu sur le moyen de la légalité externe. Le Conseil souligne qu’il ne s’agit pas d’une sanction, mais d’une décision administrative. Il s’appuie sur l’article R4112-2 CSP : « Le Conseil départemental […] refuse l’inscription si le demandeur ne remplit pas les conditions nécessaires de moralité […] » [1] et sur l’article L4121-2 CSP : «  L’ordre des médecins […] veille[...] au maintien des principes de moralité » [2]
La décision précise : « Le Dr M. ne remplissait plus les conditions nécessaires de moralité ».

Nous verrons que cette affirmation est réfutée par le conseil d’État, mais elle est étonnante sur le plan médical. L’absence du sens de ce qui est moral ou ne l’est pas est une perversion largement débattue par les psychiatres et considérée comme une pathologie perturbant tous les actes de la vie, ou pour le moins une grande partie. Dire d’un médecin qu’il est atteint de cette pathologie parce qu’il a effectué un acte dont la composante morale peut être discutée, et le radier pour cet acte, est une erreur grave, reconnue comme telle par le conseil d’État.

Concernant les remarques de la défense sur la légalité externe, les deux articles cités plus haut étant notoirement insuffisants, le Conseil professionnel présente un texte qui n’a ni valeur législative ni valeur réglementaire :
« que par ailleurs, il incombe au conseil départemental de tenir à jour ce tableau et de rayer de celui-ci les praticiens qui par suite de l’intervention de circonstances postérieures à leur inscription, ont cessé de remplir les conditions requises pour y figurer »
Affirmation gratuite, car les deux seuls cas possibles s’appliquent au retrait d’autorisation de cabinet secondaire [3] et au retrait des sociétés civiles professionnelles refusant d’accorder des nouveaux statuts aux exigences déontologiques [4].

Acte quatre

Une procédure en référé-suspension est déposée devant le conseil d’État, qui fait droit à la demande le 24 septembre 2009, émettant des doutes sérieux sur l’interprétation de la directive européenne et sur la légalité de la radiation administrative.

Acte cinq

La décision sur le fond intervient le 23 juillet 2010 et annule la décision ordinale de radiation.
Il convient de rappeler que, dans cette procédure, le conseil d’Etat n’est pas juge de cassation, comme c’est le cas après une décision disciplinaire, mais juge de l’excès de pouvoir. Il ne s’agit pas d’une simple nuance, mais d’une différence fondamentale. En tant que juge de cassation il lui est quasiment impossible de censurer l’appréciation souveraine des juges du fond, y compris sur le quantum de la peine et le respect du principe de proportionnalité. A l’inverse en tant que juge de l’excès de pouvoir il est à l’aise pour censurer les « erreurs manifestes d’appréciation ».

C’est ce qu’il a fait :
« que cependant le fait d’avoir présenté cette déclaration mensongère ne suffit pas par lui-même à justifier légalement une décision de radiation du Tableau de l’Ordre des Médecins ».

Cette décision est pleinement satisfaisante pour le Dr M., l’affaire ne peut être à nouveau évoquée devant les formations disciplinaires.
En revanche, si la haute assemblée avait suivi le moyen concernant la légalité externe, la décision annulée de ce chef pouvait revivre des suites d’une nouvelle procédure, disciplinaire cette fois.
Le Conseil départemental, cette affaire lui ayant coûté 7 000 euros au titre de l’ l’article L761-1, et un désaveu d’importance, sera probablement plus circonspect à l’avenir.

 

 

[1] Code de la santé publique. Article R4112-2. Légifrance.

[2] Code de la santé publique. Article L4121-2. Légifrance.

[3] Code de la santé publique. Article R4127-85. Légifrance.

[4] Code de la santé publique. Article R4113-63. Légifrance.




Partager   Publier sur Twitter  Publier sur Twitter  Publier sur Facebook  Publier sur Twitter  Publier sur Wikio  Publier sur Scoopeo  Publier sur Blogmarks  Publier sur Myspace  Publier sur Technorati  Ajouter un favori Google  Ajouter un favori LiveMSN  Publier sur Yahoo  Digg  Sphinn  del.icio.us  Zataz  Friendfeed 


 

Forum de l'article


Imprimer Imprimer cet article

      

  

 

 

  

 

Dans la même rubrique

A propos du médecin collaborateur libéral
Naissance d’un enfant handicapé : l’avis du Conseil d’Etat
Les médecins généralistes victimes du virus H1N1
Unions : des dispositions législatives insuffisantes
Du serment d’Hippocrate au serment médical
Des médecins libéraux réquisitionnés dans l’Essonne
Assurance responsabilité civile professionnelle médicale : l’initiative privée mise à mal
2007 : enfin la transparence de l’assurance responsabilité civile professionnelle médicale ?
Le secret médical n’est plus...
Le contrat première embauche : la folie


THÈMES ABORDÉS

Bonne pratique
Le piège des bonnes pratiques médicales
Ostéopathie, qui peut faire quoi ?
Vers de nouveaux tests en cancérologie  
Consultation publique sur le conditionnement unitaire des spécialités pharmaceutiques  
Recommandations et bonnes pratiques en épidémiologie  
Un label pour les sites santé  
Les ordres désapprouvent les procédures de coopération entre professionnels de santé  
Haute autorité de santé et délégation des tâches  
CMU et charte de bonne conduite  
Lève-personne : recommandations Afssaps sophistiquées  
Une charte de qualité pour les logiciels d’aide à la prescription  
Hygiène et prévention du risque infectieux en cabinet médical ou paramédical  

Chirurgie
Implications juridiques d’un défaut de diagnostic de corps étranger intra-oculaire
Les infections nosocomiales (2/2)
L’ingérence du législateur dans le cours d’une procédure judiciaire
Cologne, la circoncision et le Sida
Responsabilité civile 2006 : de nouvelles difficultés à prévoir ?
Un problème de codifications tarifaires
Les infections nosocomiales (1/2)
Particularités des dispositifs médicaux « sur mesure »
La chirurgie esthétique : une chirurgie pour tous ?
Petit guide juridique du consommateur de chirurgie esthétique non réparatrice
Information du patient, le médecin n’est pas toujours responsable  
Chirurgie et patient allergique au latex  
Stomatologie et chirurgie plastique  
Responsabilité de l’interne  
Du mésusage du terme « certain » dans une expertise  
Le droit médical appliqué à l‘ophtalmologie médicale et chirurgicale  
L’usage du titre de docteur en chirurgie dentaire  
Responsabilité civile médicale : les chiffres de la SHAM pour 2006  

Jurisprudence
L’appréciation souveraine des juges du fond
Le médecin face aux limites de l’obligation d’information
Etat du droit et optométrie en 2006
Des lendemains qui déchantent pour les médecins hospitaliers
Accident du travail, maladie professionnelle : qui décide ?
La Cour de cassation a-t-elle mis le feu aux poudres ?
Des produits de santé défectueux...
Les publications médicales dans les prétoires
Grandes manœuvres par motifs implicites
A propos de la responsabilité civile professionnelle du médecin salarié
Rechute d’un accident du travail chez un employeur différent  
Retraite, accident du travail et maladie professionnelle  
Prud’hommes et inaptitude au travail  
Quand un cabinet devient établissement de soins  
Accident du travail et VIH  
Assurance et médecin salarié  
Hériter d’un patient  
Accident du travail et reclassement  
Secret médical opposable au médecin-expert  
Responsabilité du médecin psychiatre en établissement  

Législation
Articles de loi concernant les dons d’organes en 2007
Traçabilité des lentilles de contact et de leurs solutions d’entretien
Médecin collaborateur libéral : du pour et du contre...
Affichage légal dans la salle d’attente du médecin
Ce que change la définition du conjoint collaborateur
Ecole et certificats médicaux
Le médecin soumis à la publicité
Prévention, aptitude et médecine du travail
Les fondements de la responsabilité médicale
Afficher les tarifs : une obligation commune à tous les professionnels de santé
Loi de financement de la sécurité sociale pour 2009  
La hiérarchie des normes en droit français  
Réforme de la première année de médecine  
Droit, santé, télévision et pornographie  
Réforme des tutelles et curatelles  
Les nouvelles compétences des orthoptistes  
Cadre juridique du métier de pharmacien  
Levée de l’anonymat dans les centres de dépistage : les garanties de la CNIL  
Règlement sanitaire international révisé  
Rétention de sûreté et irresponsabilité pénale  


SUR LE WEB


Aménagement de la loi Littoral et projet de loi ELAN. Par Pierre Jean-Meire, Avocat.
Licenciement ou rupture conventionnelle : l'impact du délai de carence en cas de négociation. Par Claire-Hélène Berny, Avocat.
Et si la France devenait l'Eldorado des ICO ? Par Arnaud Touati et Louis Soris, Avocats.
RGPD et M&A : pourquoi il est dangereux de travailler sur des datarooms américaines ?
Nuisances sonores des débits de boissons : quelles stratégies en vue de prévenir et contester une fermeture administrative ? Par Pierre Reine, Avocat.
Recouvrement de créances au Grand-Duché de Luxembourg. Par Jean-Paul Noesen et Anne-Isabelle Cador, Avocat.
Nouvel "Elan" pour le recul du contentieux de l'urbanisme. Par Brigitte Charles-Neveu, Avocat.
Combien de signatures pour une personne intervenant à un acte en une double qualité ? Par Olivier Vibert, Avocat.



Jacques Vitenberg

Chargé d’enseignement de droit médical à Paris V

Lauréat de la Faculté de médecine de Paris

Ancien professeur à l’Institut d’histochimie médicale

Avocat au Barreau de Paris

Le conseil national de l’ordre des médecins désavoué par le conseil d’État
Une déposition de médecin expert annulée
Evolution de l’accès des ayants-droit au dossier médical
Des lendemains qui déchantent pour les médecins hospitaliers
Le praticien face aux sections des assurances sociales
 

  

 

Espace publicitaire .

 

 
 
© 2004-2018 Droit-medical.net  Tous droits réservés
MediaMed Iroises - 7402x.5