| SOMMAIRE | PLAN | RÉSUMÉ    

 
Prévention
Cologne, la circoncision et le Sida
Une décision malheureuse
Première publication : 1er janvier 1970, mise en ligne: lundi 24 septembre 2012 -  Jacques Vitenberg

Juin 1980, la Gay Freedom Parade de San-Francisco rassemble environ 30 000 homosexuels et lesbiennes. Juin 2012, la Marche des Fiertés rassemble à Paris 300 000 participants selon les organisateurs, 50 000 selon la Préfecture. La réalité, intermédiaire comme à l’accoutumée, est corollaire de la pandémie grandissante du Sida.

Le mariage gay et l’adoption par les couples homosexuels n’inverseront pas la tendance, bien au contraire, et le « peuple gay », plus atteint que les autres, masquera ses états dépressifs avec des parades en l’honneur du stupre dans un espace public transformé en fornix géant. La mise au point d’un vaccin banalisant une maladie de système en simple atteinte virale guérissable s’éloigne régulièrement, telle la vision d’une oasis par le voyageur déshydraté… Dans cet univers, plus gris que rose, on ne peut que féliciter toutes les organisations, gouvernementales et non gouvernementales, qui oeuvrent sans relâche pour une prévention de la maladie.

Les deux piliers de la prévention du Sida

Cette prévention de la contagion par le virus d’immunodéficience humaine (VIH) repose aujourd’hui sur deux piliers : le rapport protégé et la circoncision.

Virus d’immunodéficience humaine.
Source : ytpo.net
via MediaMed on Pinterest

Le rapport protégé est une arme excellente mais il est, dans certains pays, mal accepté voire refusé, ou matériellement impossible pour des raisons pécuniaires.
Les études faites par des cliniciens d’origines variées dans les townships sud-africains montrent une chute à deux chiffres de la prévalence de la contagion pour les échantillons de circoncis. Ces chercheurs attribuent cet avantage au fait que la circoncision compense les lacunes sanitaires empêchant les hommes de se laver après les relations sexuelles.
Le problème est plus complexe pour les homosexuels des pays dits avancés. Un travail de Gregorio A. Millett et al., publié en 2008 dans le Journal of the American Medical Association, dans le cadre d’une mise au point des Centers for Disease Control and Prevention américains [1] montre que « si la circoncision bénéficie aux homosexuels ayant des rapports non protégés, l’avantage, visible pour les érastes, ne l’est plus pour les éromènes » [2]. Ce différentiel entre éraste et éromène pourrait s’expliquer par le choc répété de deux systèmes HLA différents, théorie de Georges Mathé, que nous avons exposée dans une revue canadienne et qui a été publiée par Opimed en 2008 [3]. Mais aussi intéressante que soit cette théorie, elle dépasse le cadre de cet article, tout en expliquant pourquoi un couple homosexuel fidèle peut être contaminé, les rapports n’étant pas protégés.
Toujours est-il que la circoncision et le rapport protégé sont les deux armes les plus efficaces à ce jour dans le cadre d’une action de médecine publique.

Le jugement du tribunal de grande instance de Cologne

Analysons maintenant ce jugement du Tribunal (Landgericht) de Cologne, étonnant à plus d’un point de vue. Dans ses attendus en date du 26 juin 2012, il estime « que le corps d’un enfant était modifié durablement et de manière irréparable par la circoncision » et qu’il s’agit d’une blessure corporelle passible d’une condamnation, d’une opération « contraire aux intérêts de l’enfant », et qu’il convient de laisser l’enfant choisir à sa majorité du cadre religieux dans lequel il désire vivre.
Le juge de Cologne ignore totalement l’intérêt médical de l’intervention alors que, selon des estimations de l’Organisation mondiale de la santé, 30 % des garçons de 15 ans et plus sont circoncis, comme l’est plus de la moitié de la population mâle des États-Unis, leurs deux grandes formations politiques étant du même avis dans l’intérêt bien compris de la santé publique.
Aucun cas de baisse de libido n’a été remarqué avec la circoncision ; où se trouverait cette « blessure corporelle irréparable » ?
L’intervention est sans rapport avec le choix religieux de l’enfant, la circoncision gagnant des adeptes, non seulement chez les évangélistes et autres formations non-catholiques, mais également chez les catholiques. La circoncision était courante dans l’Égypte pharaonique et n’a aucun rapport avec l’excision du clitoris, qui est bien une pratique barbare et irréparable, privant l’épouse du mari polygame du plaisir clitoridien et la confinant à la ponte ininterrompue de futurs janissaires pour le troisième siège de Vienne…
Ce jugement peut avoir des conséquences jurisprudentielles dramatiques pour les médecins, car l’indication de phimosis pourrait être critiquée par les parents et l’enfant à sa majorité, et la décision d’abstention de circoncision serait considérée comme une perte de chance dans le cas d’une infection par le VIH. Le médecin pourrait être poursuivi civilement pendant les dix années suivant la constatation d’un séropositivité au VIH et toute sa vie devant les instances ordinales.
En cas de circoncision, il pourrait être poursuivi dix ans après la moindre remarque désobligeante de sa partenaire associant un déficit de ses performances à cette circoncision, et à nouveau toute sa vie devant les instances ordinales.
Qui s’oppose à la circoncision ? Des extrémistes verts ou naturistes, des intégristes du phallus qui voient dans la circoncision l’origine de leur état dépressif ou de la baisse de leur libido, et à l’opposé, des intégristes du prépuce, qui en font l’emblème d’un occident renouant la guerre des Macchabées entre Grecs et Juifs, les Grecs voulant interdire la circoncision…
Croire aujourd’hui que des préceptes d’hygiène présentés comme des commandements divins à des peuples turbulents et indisciplinés ne sont que des fadaises est faire preuve d’un impérialisme intellectuel qui ferait sourire si le sujet n’était dramatiquement grave.

 

 

[1] Millett GA, et al. Circumcision status and risk of HIV and sexually transmitted infections among men who have sex with men : a meta-analysis. JAMA. 2008, 300:1674-84.

[2] Éraste désigne le partenaire qui a des rapports « insertifs » et éromène est celui qui a des rapports passifs

[3] Vitenberg J. De l’éthique à l’euthanasie. OpiMed.




Partager   Publier sur Twitter  Publier sur Twitter  Publier sur Facebook  Publier sur Twitter  Publier sur Wikio  Publier sur Scoopeo  Publier sur Blogmarks  Publier sur Myspace  Publier sur Technorati  Ajouter un favori Google  Ajouter un favori LiveMSN  Publier sur Yahoo  Digg  Sphinn  del.icio.us  Zataz  Friendfeed 


 

Forum de l'article


Imprimer Imprimer cet article

      

  

 

 

  

 

Dans la même rubrique

L’ingérence du législateur dans le cours d’une procédure judiciaire
Traitez... vos déchets !
L’appréciation souveraine des juges du fond
Le droit de prescription est-il à vendre ?
Responsabilité pour faute d’un médecin psychiatre
Grandes manœuvres par motifs implicites
Médecin collaborateur libéral : du pour et du contre...
La résiliation unilatérale d’un contrat d’exercice libéral
Le secret médical n’est plus...
Les médecins généralistes victimes du virus H1N1


THÈMES ABORDÉS

Chirurgie
Les infections nosocomiales (2/2)
Les infections nosocomiales (1/2)
Responsabilité civile 2006 : de nouvelles difficultés à prévoir ?
Des médicaments utilisés en dehors des indications de l’autorisation de mise sur le marché
Le conseil national de l’ordre des médecins désavoué par le conseil d’État
Particularités des dispositifs médicaux « sur mesure »
La chirurgie esthétique : une chirurgie pour tous ?
Implications juridiques d’un défaut de diagnostic de corps étranger intra-oculaire
Un problème de codifications tarifaires
Petit guide juridique du consommateur de chirurgie esthétique non réparatrice
Le droit médical appliqué à l‘ophtalmologie médicale et chirurgicale  
Du mésusage du terme « certain » dans une expertise  
Chirurgie et patient allergique au latex  
Responsabilité civile médicale : les chiffres de la SHAM pour 2006  
Stomatologie et chirurgie plastique  
Information du patient, le médecin n’est pas toujours responsable  
Responsabilité de l’interne  
L’usage du titre de docteur en chirurgie dentaire  

Droit civil
Chauffards de la responsabilité civile professionnelle médicale ?
Infection nosocomiale et responsabilité de plein droit du praticien libéral
Ethique, religion, droit et procréation. Paris. Mardi 8 mars 2005  
Le défaut d’information médicale du patient est passible de sanction  
De la bonne tenue du dossier médical  
Exposition à l’amiante  
Pas de dérogation au secret médical  
e-DMP : aspects juridiques  
L’ordre règne à Lille  
La médecine n’est pas le monopole des médecins  
L’affaire Smet-Delajoux : défaut d’information ?  
Qu’est ce-que le droit médical ?  

Jurisprudence
Des lendemains qui déchantent pour les médecins hospitaliers
A propos de la responsabilité civile professionnelle du médecin salarié
Prévention, aptitude et médecine du travail
Accident du travail, maladie professionnelle : qui décide ?
Des produits de santé défectueux...
Les implications de l’affaire Perruche
La Cour de cassation a-t-elle mis le feu aux poudres ?
Etat du droit et optométrie en 2006
Le médecin face aux limites de l’obligation d’information
Les fondements de la responsabilité médicale
Congés payés et accident du travail  
Cadre infirmier et caisson hyperbare  
Visite de reprise, employeur et médecin du travail  
Garde d’un médecin et réquisition  
Maladie et rupture du contrat de travail  
Médecin en clinique, clause d’exclusivité et libre choix du patient  
Transfusions et virus de l’hépatite C  
Médecin, clinique et clause de redevance d’honoraires  
Prud’hommes et inaptitude au travail  
Faute détachable du service  

Santé publique
Législation et verres correcteurs (2/2)
Articles de loi concernant les dons d’organes en 2007
Le dossier médical personnel
Ecole et certificats médicaux
Le contrat première embauche : la folie
Refus ou absence du salarié à la visite médicale du travail
De la sécurité alimentaire à la santé publique
Docteur, je vous donne mon cœur !
La déclaration de choix du médecin traitant
Chercheurs en droit de la santé
Donner son sang : toute une histoire...  
Décision en santé publique : obligation, négociation, participation ?  
Radiothérapie externe : plus jamais ça  
Le bilan de 10 ans de matériovigilance  
Nouveau rapport sur la lutte antitabac dans le monde  
Justice et responsabilité des médecins du travail  
Cannabis et baccalauréat  
Médecin traitant : formulaire approuvé par le Conseil d’Etat  
Soigner les victimes d’inceste  
Publicité sur le tabac et Convention européenne des droits de l’homme  


SUR LE WEB


Aménagement de la loi Littoral et projet de loi ELAN. Par Pierre Jean-Meire, Avocat.
Licenciement ou rupture conventionnelle : l'impact du délai de carence en cas de négociation. Par Claire-Hélène Berny, Avocat.
Et si la France devenait l'Eldorado des ICO ? Par Arnaud Touati et Louis Soris, Avocats.
RGPD et M&A : pourquoi il est dangereux de travailler sur des datarooms américaines ?
Nuisances sonores des débits de boissons : quelles stratégies en vue de prévenir et contester une fermeture administrative ? Par Pierre Reine, Avocat.
Recouvrement de créances au Grand-Duché de Luxembourg. Par Jean-Paul Noesen et Anne-Isabelle Cador, Avocat.
Nouvel "Elan" pour le recul du contentieux de l'urbanisme. Par Brigitte Charles-Neveu, Avocat.
Combien de signatures pour une personne intervenant à un acte en une double qualité ? Par Olivier Vibert, Avocat.



Jacques Vitenberg

Chargé d’enseignement de droit médical à Paris V

Lauréat de la Faculté de médecine de Paris

Ancien professeur à l’Institut d’histochimie médicale

Avocat au Barreau de Paris

Le secret médical à l’aune de la Convention européenne des droits de l’homme
Des lendemains qui déchantent pour les médecins hospitaliers
Evolution de l’accès des ayants-droit au dossier médical
Grandes manœuvres par motifs implicites
Confusion dans la composition du Conseil national de l’ordre des médecins
 

  

 

Espace publicitaire .

 

 
 
© 2004-2018 Droit-medical.net  Tous droits réservés
MediaMed Iroises - 7402x.5