| SOMMAIRE | PLAN | RÉSUMÉ    

 
Droit communautaire
Particularités des dispositifs médicaux « sur mesure »
Une notion encadrée
Première publication : 1er janvier 1970, mise en ligne: mardi 8 novembre 2005 -  Bertrand Hue

Mis à jour le 15 juillet 2007

La notion de dispositif médical est définie principalement dans la directive 93/42/CEE du Conseil, du 14 juin 1993, relative aux dispositifs médicaux.

Des règles précises s’appliquent aux prescripteurs et aux fabricants de ces dispositifs médicaux avec diverses variantes en fonction du type de dispositif. [...]

Lire la suite de "Particularités des dispositifs médicaux « sur mesure »"



Partager   Publier sur Twitter  Publier sur Twitter  Publier sur Facebook  Publier sur Twitter  Publier sur Wikio  Publier sur Scoopeo  Publier sur Blogmarks  Publier sur Myspace  Publier sur Technorati  Ajouter un favori Google  Ajouter un favori LiveMSN  Publier sur Yahoo  Digg  Sphinn  del.icio.us  Zataz  Friendfeed 


 

Forum de l'article

  • > Particularités des dispositifs médicaux « sur mesure »
    20 septembre 2006, par Bertrand Hue
    Le lecteur pourra maintenant se reporter au "Guide pour la mise sur le marché de dispositifs médicaux sur mesure" publié par l’agence française de sécurité sanitaire des produits de santé disponible en ligne. _
    • > Particularités des dispositifs médicaux « sur mesure »
      18 janvier 2007, par Dominique
      Connaissez vous la nouvelle jurisprudence sur les lentilles de contact sur mesure ?
      La voici et qu’en pensez vous SVP ?
      « on doit considérer qu’un dispositif médical sur mesure doit s’entendre, non point seulement d’un dispositif ayant fait l’objet d’une conception et d’une réalisation techniques particulières par le fabricant mais d’un dispositif prescrit par un praticien qualifié qui, pour les besoins thérapeutiques spécifiques d’un patient donné aura été amené, sous sa responsabilité à élaborer une conception clinique particulière d’un dispositif destiné uniquement à répondre à ces besoins thérapeutiques spécifiques et ne pouvant être utilisés par un autre patient ».
      • > Particularités des dispositifs médicaux « sur mesure »
        18 janvier 2007, par Bertrand Hue
        L’extrait que vous citez reprend l’article 1.2d ci-dessus. Il est tout à fait conforme à la directive européenne. _
        • > Particularités des dispositifs médicaux « sur mesure »
          22 janvier 2007, par dominique

          merci de votre réponse lue ce jour. Il me semble que ce que je cite ci-dessous

          "un dispositif prescrit par un praticien qualifié qui, pour les besoins thérapeutiques spécifiques d’un patient donné aura été amené, sous sa responsabilité à élaborer une conception clinique particulière d’un dispositif destiné uniquement à répondre à ces besoins thérapeutiques spécifiques et ne pouvant être utilisés par un autre patient ».

          Signifie que c’est le médecin qui élabore la CONCEPTION...SOUS SA RESPONSABILITE.
          Or il n’y a aucun doute quant à la responsabilité du FABRICANT EN CE QUI CONCERNE LA CONCEPTION. Qu’en pensez vous ? Le medecin indique les "caractéristiques spécifiques" mais n’indique pas "la conception" qui est toujours l’affaire du fabricant. ?

          • > Particularités des dispositifs médicaux « sur mesure »
            22 janvier 2007, par Bertrand Hue

            Oui j’avais bien lu votre message. Et l’article 1-2d cité fait bien la différence entre conception et fabrication concernant le dispositif médical sur mesure : "tout dispositif fabriqué spécifiquement suivant la prescription écrite d’un praticien dûment qualifié indiquant, sous la responsabilité de ce dernier, les caractéristiques de conception spécifiques et destiné à n’être utilisé que pour un patient déterminé."

            Si un dispositif médical sur mesure, en raison d’une erreur de prescription, a été fabriqué avec la forme demandée sur l’ordonnance et que celle-ci est inappropriée, est-ce la faute du fabricant si le dispositif blesse le patient lors d’un usage normal ? Pour un dispositif sur mesure, le praticien joue bien un rôle dans la conception du dispositif en donnant les "mesures".

            La définition du mot "conception" diffère nettement de celle de "fabrication". _

            • > Particularités des dispositifs médicaux « sur mesure »
              7 février 2007, par dominique
              Monsieur Hue, Voulez vous dire que les mesures sont les paramètres prescrits par le médecin ou toute autre personne habilitée pour fabriquer la lentille, la conception étant la "géométrie" de la lentille qui est celle que le fabricant a "inventée" et mise au point.
              • > Particularités des dispositifs médicaux « sur mesure »
                23 février 2007, par Bertrand Hue

                Non, je note juste que les mesures prises par le praticien, et qui sont à l’origine de sa prescription, engagent sa responsabilité dans la partie de la conception qui en dépendent.

                Le praticien ne sera pas responsable d’une malfaçon si les mesures qu’il a fournies n’ont pas été respectées. Il ne sera pas responsable d’un problème de matières premières.

                Faisons un parallèle avec une préparation magistrale réalisée par un pharmacien sur prescription médicale, spécifiquement pour un patient. Si le praticien se trompe dans sa prescription, sans la rendre incohérente pour autant, c’est sa responsabilité qui sera mise en cause. Si c’est le pharmacien qui fait une erreur dans la réalisation de la préparation, alors que la prescription était correcte, c’est la responsabilité du pharmacien qui sera recherchée. _

          • > Particularités des dispositifs médicaux « sur mesure »
            6 février 2007

            Complément d’information concernant les dispositifs sur mesure .Gilbert. 6/02/07

            le forum « dispositif médical sur mesure » Mr. Bertrand Hue ; Tout est parfaitement correct et décrit bien le dispositif sur mesure, mais par contre la jurisprudence est en contradiction avec cette normalisation Européenne . En effet il ne peut y avoir deux concepteurs pour un même produit, d’une part le fabricant et d’autre part le praticien. En outre la jurisprudence parle de conception clinique, alors que les dispositifs sur mesure font partie de l’annexe VIII de la directive et les essais clinique de l’annexe X . Il y a donc confusion et désaccord avec la directive sur ces deux points .En outre il ne faut pas perdre de vue l’esprit même de la directive, ce qui est le cas lorsqu’on cherche à définir avec un trop grand désir de détails, en pensant ainsi expliciter ce que la directive n’a pas précisé, pour justement laisser une plus grande liberté aux intervenants « entreprises » En effet cette normalisation a pour socle les normes ISO de la série 9000 et chaque entreprise qui s’inscrit dans une démarche qualité avec pour objectif le marquage CE, doit choisir dans l’éventail qui lui est proposé l’annexe ou les annexes qui correspondent le mieux à son activité. L’artisan qui fait du sur mesure n’est donc pas obligé de changer d’activité pour se mettre en conformité, il lui suffit de se déclarer fabricant de dispositifs sur mesure après avoir vérifié que sa façon de travailler est bien en conformité avec l’annexe VIII et les exigences essentielles de l’annexe I de la directive. Il doit ensuite appliquer rigoureusement les dispositions de la directive avec en outre une déclaration pour chaque dispositif mis sur le marché ..etc. Si ces dispositifs ne nécessitent pas le marquage CE c’est bien parce qu’ils sont sous la double responsabilité du fabricant et du praticien. Et qu’ayant systématiquement ce double contrôle ils ne sont porteurs d’aucun danger pour le patient.

            • > Particularités des dispositifs médicaux « sur mesure »
              22 février 2007, par dominique

              A l’attention de Monsieru HUE.

              Que pensez vous de la réflexion de Gilbert ? Il semble qu’il y ait contradiction entre la législation et la jurisprudence ? Effectivement il ne peut y avoir 2 concepteurs, mais en plus l’annexe X ne concerne pas les dispositifs médicaux sur mesure classe 2a mais les essais cliniques ! _

              • > Particularités des dispositifs médicaux « sur mesure »
                23 février 2007, par Bertrand Hue

                Je ne vois pas ce que les essais cliniques viennent faire ici ?

                La directive prévoit un rôle dans la conception au médecin. La jurisprudence est en adéquation avec la directive.
                Après que vous pensiez que la directive a tort de reconnaitre un rôle dans la conception est une possibilité.
                Il y a un concept de départ. Il est modifié par le praticien qui adapte ce concept au patient pour qu’il lui convienne. Il demande ces modifications sous sa responsabilité à partir des mesures qu’il a faites.
                Il y a la fabrication d’autre part qui reste de la responsabilité du fabricant.
                La jurisprudence citée ne semble pas dire pas qu’il y ait deux concepteurs. Je l’entendrais plutôt comme un transfert de la responsabilité de la conception au prescripteur. Le fabricant garde quant à lui la responsabilité de la fabrication. Le "non point seulement" est ambigu : vous semblez le comprendre comme le partage de la responsabilité. On peut le comprendre, au contraire, comme ce qui explique le transfert de la responsabilité de conception au prescripteur.

                Pourriez-vous nous donner les références exactes de la jurisprudence que vous avez citée dans votre premier message afin qu’il n’y ait pas de malentendu ?
                Merci _

                • > Particularités des dispositifs médicaux « sur mesure »
                  11 mars 2007, par Dominique

                  Merci de votre réponse, Monsieur HUE.
                  Je parle des essais cliniques car il est dit dans la jurisprudence :

                  Jurisprudence : Arrêt de la cour d’appel de Toulouse le 20/10/2005

                  « on doit considérer qu’un dispositif médical sur mesure doit s’entendre, non point seulement d’un dispositif ayant fait l’objet d’une conception et d’une réalisation techniques particulières par le fabricant ...etc......."

                  Or, "un dispositif ayant fait l’objet d’une conception et d’une réalisation techniques particulières par le fabricant ..... " correspond à un dispositif destiné à une investigation clinique !

                  Il me semble qu’un dispositif medical sur mesure vient toujours d’une conception existante, si tel n’était pas le cas, cela voudrait dire qu’il s’agirait d’une invention (conception) à chaque fabrication d’un dispositif médical sur mesure. Etes vous d’accord avec moi ?
                  Quant au partage de la responsabilité en ce qui concerne la conception, je suis tout à fait d’accord avec vous.

    • > Particularités des dispositifs médicaux « sur mesure »
      27 mars 2007, par Pascal
      Le guide pour la mise sur le marché des D.M. donne bien la marche à suivre. Cependant si je souhaite fabriquer des D.M. sur Mesure ce qui ne nécessite pas le marquage CE, l’AFSSAPS est elle apte à contrôler comme il est dit dans le site "contrôle et missions de l’AFSSAPS" (page 75) si la qualifcation de mes dispositifs est conforme ou non ? Dans le cas ou la qualification ne serait pas conforme quels sont les risques que j’encoure ? Merci à celui qui pourra me répondre. _
      • > Particularités des dispositifs médicaux « sur mesure »
        26 juillet 2007, par pascal
        Je suis assez étonné de consater que personne n’est en mesure de répondre à cette question sur ce forum !...je peux cependant vous informer de la réponse que j’ai reçue de la part d’une haute autorité ainsi que de l’U.E. si vous êtes toujours intéressé. _
        • > Particularités des dispositifs médicaux « sur mesure »
          26 juillet 2007, par Bertrand Hue
          Le site ne peut donner de réponse personnalisée et beaucoup d’internautes lisent l’article sans s’intéresser au forum ou sans oser répondre.

          Merci de participer à celui-ci. Nous serions ravis de connaitre la réponse qui vous a été faite. _
  • > Particularités des dispositifs médicaux « sur mesure »
    2 février 2006
    Bien que les pièces détachées d’un dispositif médical ne soient pas considérées elles-mêmes comme des dispositifs médicaux, faut-il qu’elles aient un marquage CE.
    Si non, à quel article se référer ?
    Merci pour votre réponse urgente
    • > Particularités des dispositifs médicaux « sur mesure »
      8 février 2006, par Bertrand Hue

      Medical Devices : guidance document MEDDEV 2.1/1 April 1994

      Guidelines relating to the application of :

      The council directive 90/385/EEC on active implatable medical devices

      The council directive 93/42/EEC on medical devices

      "Spare parts supplied for replacement of existing components of a
      device, the conformity of which has already been established, are not
      medical devices. If spare parts, however, change significantly the
      characteristics or performances of a device with regard to its already
      established conformity, such spare parts are to be considered as
      devices in their own right."

      Document en anglais que vous pouvez retrouver sur le site de la Commission Européenne _


Imprimer Imprimer cet article

      

  

 

 

  

 

Dans la même rubrique

Des lendemains qui déchantent pour les médecins hospitaliers
Des médicaments utilisés en dehors des indications de l’autorisation de mise sur le marché
Le forfait d’adaptation des lentilles de contact
Implications juridiques d’un défaut de diagnostic de corps étranger intra-oculaire
Conservation des dossiers de consultations privées à l’hôpital public
Les publications médicales dans les prétoires
Petit guide juridique du consommateur de chirurgie esthétique non réparatrice
Afficher les tarifs : une obligation commune à tous les professionnels de santé
Le médecin face aux limites de l’obligation d’information
Les infections nosocomiales (1/2)


THÈMES ABORDÉS

Chirurgie
Cologne, la circoncision et le Sida
Responsabilité civile 2006 : de nouvelles difficultés à prévoir ?
Les infections nosocomiales (2/2)
L’ingérence du législateur dans le cours d’une procédure judiciaire
La chirurgie esthétique : une chirurgie pour tous ?
Le conseil national de l’ordre des médecins désavoué par le conseil d’État
Un problème de codifications tarifaires
Le droit médical appliqué à l‘ophtalmologie médicale et chirurgicale  
Stomatologie et chirurgie plastique  
Chirurgie et patient allergique au latex  
Du mésusage du terme « certain » dans une expertise  
Responsabilité civile médicale : les chiffres de la SHAM pour 2006  
Information du patient, le médecin n’est pas toujours responsable  
Responsabilité de l’interne  
L’usage du titre de docteur en chirurgie dentaire  

Droit communautaire
Diplômes de la communauté européenne
Le secret médical à l’aune de la Convention européenne des droits de l’homme
Naissance d’un enfant handicapé : l’avis du Conseil d’Etat
Des médicaments à usage pédiatrique...
Médecine, Europe et amnistie
Des produits de santé défectueux...
La Cour de cassation a-t-elle mis le feu aux poudres ?
Une harmonisation européenne en expertise
Le praticien face aux sections des assurances sociales
Jurisprudence et règlement européen définissant le médicament  
Convention européenne des droits de l’homme et dossier médical  
Europe et e-santé  
Différence entre produit de laboratoire et médicament pour l’Europe  
Entre médecine et torture  
Harmonisation européenne en matière de loi applicable à la responsabilité civile  
Conducteurs âgés : pourquoi pas de contrôle médical ?  
Le président Sarkozy et les pharmaciens  
Licenciement et fécondation in vitro  
Vocabulaire droit médical néerlandais-français  

Entreprise
Offres d’emploi : droit de la santé
Le contrat première embauche : la folie
Faut-il garder un œil sur ses dossiers ?
Prévention, aptitude et médecine du travail
Droit du travail - Actualité du jour
Médecin collaborateur libéral : du pour et du contre...
Le dossier médical de Google
Accident du travail, maladie professionnelle : qui décide ?
Les primes de responsabilité civile professionnelle des médecins sont justifiées...
Les sites syndiqués par Droit-medical.net
Communication sur Internet des entreprises pharmaceutiques  
Déclaration des fichiers médicaux à la CNIL  
Le code du travail en consultation gratuite  
Distinction entre cabinet médical et clientèle  
Convention collective du personnel des cabinets médicaux  
Assurance vieillesse du conjoint collaborateur  
Les droits des conjoints collaborateurs  
Cadre juridique du métier de pharmacien  
Reclassement, employeur et médecin du travail  
Contrôle médical privé des employeurs  

Législation
Ecole et certificats médicaux
Le droit de prescription est-il à vendre ?
Votre logiciel de prescription respecte t-il la Loi ?
Des médecins libéraux réquisitionnés dans l’Essonne
Ostéopathie, qui peut faire quoi ?
A propos de la responsabilité civile professionnelle du médecin salarié
Incapacité, invalidité et handicap
Affichage légal dans la salle d’attente du médecin
Evolution de l’accès des ayants-droit au dossier médical
Le médecin soumis à la publicité
Dernières parutions en droit de l’entreprise  
Réforme de la première année de médecine  
Euthanasie et assistance au décès en Suisse  
Guide de lecture et de codage de la classification commune des actes médicaux  
Médicament : autorisation d’utilisation temporaire  
Nouveau guide-barème pour l’évaluation des déficiences et incapacités des personnes handicapées  
Pharmacien et boîte "de secours" d’un traitement chronique  
Franchise médicale  
Le défaut d’information médicale du patient est passible de sanction  
HPST : le recul de Roselyne Bachelot  

Médecine
Le piège des bonnes pratiques médicales
Refus ou absence du salarié à la visite médicale du travail
Droit médical - Les sites Internet francophones
La saga de l’assurance Responsabilité civile professionnelle
Chauffards de la responsabilité civile professionnelle médicale ?
Les implications de l’affaire Perruche
Médecine & droit n°86
La prescription d’un antibiotique sans surveillance médicale est-elle une faute ?
Liens MMT
La violence en médecine
Rapport sur l’assurance en responsabilité civile professionnelle médicale  
Vaccin contre l’hépatite B et obligation de sécurité  
Le BCG n’est plus obligatoire  
Médecin, clinique et clause de redevance d’honoraires  
Hériter d’un patient  
Importation de cellules  
Prise en charge des enfants en médecine générale  
Médecin coordonnateur exerçant dans un établissement hébergeant des personnes agées dépendantes  
Justice pénale et santé  
Avenants de fin d’année  


SUR LE WEB


Le consentement à l'acte médical en droit comparé
Les décisions médicales de fin de vie : comparaison France, Canada, Pays-Bas
La personne de confiance à Cochin Saint-Vincent-de-Paul
La personne de confiance en éthique clinique
La personne de confiance en médecine de ville
La personne de confiance dans les hôpitaux publics
Introduction de la notion de personne de confiance dans la loi
Dossier médical personnel et droits des personnes



Bertrand Hue
DESS de droit médical

Refus ou absence du salarié à la visite médicale du travail
Ecole et certificats médicaux
Chauffards de la responsabilité civile professionnelle médicale ?
Du serment d’Hippocrate au serment médical
Ce que change la définition du conjoint collaborateur
 

  

 

Espace publicitaire .

 

 
 
© 2004-2018 Droit-medical.net  Tous droits réservés
MediaMed Iroises - 7402x.5