| SOMMAIRE | PLAN | RÉSUMÉ    

 
Choix du médecin traitant
Soyez votre propre médecin traitant !
Bonne ou mauvaise solution ?
Première publication : 1er janvier 1970, mise en ligne: jeudi 1er décembre 2005 -  Bertrand Hue

Vous êtes inscrit au tableau de l’ordre des médecins : vous pouvez être "médecin traitant".

autoexam.gifPeu importe votre statut, spécialiste ou non, public ou privé, médecin du travail ou scolaire, à partir du moment où vous êtes inscrit au tableau de l’ordre des médecins en France, vous pouvez être, pour les caisses d’assurance maladie, votre propre médecin traitant. [...]

Lire la suite de "Soyez votre propre médecin traitant !"



Partager   Publier sur Twitter  Publier sur Twitter  Publier sur Facebook  Publier sur Twitter  Publier sur Wikio  Publier sur Scoopeo  Publier sur Blogmarks  Publier sur Myspace  Publier sur Technorati  Ajouter un favori Google  Ajouter un favori LiveMSN  Publier sur Yahoo  Digg  Sphinn  del.icio.us  Zataz  Friendfeed 


 

Forum de l'article

  • Soyez votre propre médecin traitant !
    9 décembre 2008
    N’est ce pas la porte ouverte de nouveau abus ???
  • > Et les arrêts de travail ??
    26 avril 2007, par GJM
    Bonjour,
    Je travaille pour une grande administration et mon épouse est médecin du travail enregistrée comme étant mon référent .
    Qu’en est-il par rapport aux arrêts de travail ?? Auriez-vous une référence de texte par rapport à cette situation ?
    Je trouve aberrant de devoir éventuellement aller consulter quelqu’un d’autre et de fait d’engendrer des dépenses inutiles .
    Merci
    Cordialement
    GJM _
    • > Et les arrêts de travail ??
      8 mars 2008, par Bertrand Hue
      À notre connaissance, rien n’interdit à un médecin référent (ce qui n’est pas la même chose que le médecin traitant) de soigner ses proches et de leur délivrer un arrêt maladie si leur état de santé le justifie.
  • > Soyez votre propre médecin traitant !
    24 avril 2006

    Quod de la rémunération du médecin traitant qui est spécialiste en médecine du travail ? Quod de l’interdiction de toute médecine de soins (sauf urgences) au médecin spécialiste en médecine du travail ?
    Quod du statut des médecins autorisés à pratiquer la médecine du travail par les lois exceptionnelles du 1er juillet 1998 et du 17 janvier 2002 (ils forment l’immense majorité des médecins "du travail" en activité recrutés depuis...dix ans, et qui ne peuvent plus exercer la médecine générale, ni celle de soins, e qui ne sont pas pour autant des spécialistes au sens des directives CEE ?

    Tout ça est devenu complètement ubesque : ici au moins deux législations s’opposent totalement.
    Bien à vous !

    • > Soyez votre propre médecin traitant !
      29 avril 2006, par Bertrand Hue

      Rien d’ubuesque, je vous rassure.

      Rien n’empêche, comme on le croit souvent, un médecin du travail de soigner ses proches et de se créer un modèle d’ordonnance à partir du moment où il est inscrit au conseil de l’Ordre. Bien entendu, dans ce cadre, il ne demandera pas d’honoraires.

      Le médecin du travail ne sera ni le médecin traitant d’un patient à titre onéreux, ni d’un patient qu’il suit dans le cadre de la médecine du travail.

    • > Soyez votre propre médecin traitant !
      16 janvier 2007, par richard casey
      Je souhaite savoir si un médecin généraliste peut légalement effectuer une visite médicale d’embauche et même les périodiques.
      En effet, la médecine du travail coûte chère, alors si l’entrepreneur peut payer la visite du généraliste (21 euros) à son salarié, ce serait une bonne chose pour les toutes petites entreprises.
      Merci de bien vouloir me répondre
      richard.casey@orange.fr _
      • > Soyez votre propre médecin traitant !
        16 janvier 2007, par Bertrand Hue
        Vous trouverez la réponse et des précisions en lisant notre article sur l’absence de l’employé à la visite médicale du travail. _
        • > Soyez votre propre médecin traitant !
          23 janvier 2007, par richard casey
          Je me demande quand même, si le plus apte à prononcer un avis sur les capacités de travail d’un employé administratif, reconnu handicapé à 80 %, touché par une forme sévère de Maladie Inflammatoire Chronique de l’intestin ( MC ou RCH) est le médecin du travail ou le Professeur de CHU (connu pour être le plus grand spécialiste en France de ces maladies).
          Il vaut mieux que l’employé présente à son employeur un certificat médical d’aptitude provenant du Professeur en médecine que du médecin du travail !.
          Si comme le précise le code du travail, la visite médicale par un médecin du travail est obligatoire dans des professions à risque, je ne vois pas ce qui empêche un salarié pour un emploi d’agent administratif chez un opticien, de faire justifier son aptitude par le Professeur en Médecine, sur son temps de travail.
          Cette solution est-elle possible ? _
      • > Soyez votre propre médecin traitant !
        14 janvier 2008, par gilbert


        Bonjour, je me posais la même question que vous.

        Aussi aimerais je savoir si vous auriez obtenu des réponses à votre interrogation,

        Merci,

        Cordialement,

        Gilbert.

        • > Soyez votre propre médecin traitant !
          14 janvier 2008, par Bertrand Hue
          Si un professeur en médecine est le mieux placé pour assurer le suivi et prendre en charge le traitement d’une pathologie, la loi ne considère pas qu’il soit le mieux placé pour apprécier les conditions de travail d’un salarié. Le médecin du travail peut être amené à se déplacer sur le lieu de travail d’un employé pour estimer les répercussions du problème de santé sur l’activité du patient et sur les éventuelles répercussions au sein de l’entreprise de ce souci de santé.

          Rien n’interdit au salarié de fournir un certificat du professeur en question quant à son état de santé. Il n’est pas question que le professeur écrive directement au médecin du travail (même avec l’accord du patient), mais il peut remettre un bilan de son état de santé au salarié. L’enseignant n’a pas à se prononcer sur une éventuelle aptitude à un poste donné.

          Libre au patient de remettre ce certificat au médecin du travail. C’est au salarié ensuite d’en assumer les conséquences qui ne lui seront pas toujours favorables.

Imprimer Imprimer cet article

      

  

 

 

  

 

Dans la même rubrique

Du serment d’Hippocrate au serment médical
Le contrat première embauche : la folie
Un praticien lavé de l’accusation d’homicide
Votre logiciel de prescription respecte t-il la Loi ?
Unions : des dispositions législatives insuffisantes
La déclaration de choix du médecin traitant
La prescription d’un antibiotique sans surveillance médicale est-elle une faute ?
Médecin collaborateur libéral : du pour et du contre...
Des médecins libéraux réquisitionnés dans l’Essonne
Un médecin libéral peut-il refuser de voir un patient ?


THÈMES ABORDÉS

Assurance maladie
Médecine, Europe et amnistie
Législation et verres correcteurs (2/2)
Le secret médical n’est plus...
Le dossier médical personnel
Accident du travail, maladie professionnelle : qui décide ?
Sécurité sociale et représentativité syndicale des médecins
Devant les sections ordinales des assurances sociales
Comparution devant la commission de recours amiable de la Sécurité sociale  
Suicide et accident du travail  
Recours de la Sécurité sociale et accident du travail dont un tiers est à l’origine  
Code de la sécurité sociale  
Les médecins sont des numéros  
Tout sur le dossier médical personnel  
Les français préfèrent être représentés par un médecin que par un politicien  
Médecin traitant : formulaire approuvé par le Conseil d’Etat  
Médecin collaborateur salarié : un retard justifié  
Sorties autorisées des patients en arrêt de travail  

Droit
Le médecin soumis à la publicité
Le dépôt des biens et des valeurs à l’hôpital et en clinique
Les sites syndiqués par Droit-medical.net
Commissions régionales de conciliation et d’indemnisation : un succès
Sélection de liens en droit médical
Etudes en droit de la santé : partagez votre expérience
Chercheurs en droit de la santé
Médecine et justice aux Etats-Unis
Médecine & droit n°86
Le piège des bonnes pratiques médicales
Belgique : médicaments et propriété intellectuelle  
Belgique : une meilleure protection des données médicales confiées à l’assureur  
Management et carrières publiques hospitalières : un nouveau master à Cergy-Pontoise  
Dossier médical en 2004  
Lien de subordination médecin-clinique et Sécurité sociale  
Recueil international de législation sanitaire  
Rétention de sûreté et irresponsabilité pénale  
Mémoires de droit médical en ligne  
Liberté d’expression et Sécurité sociale  
Loi de financement de la sécurité sociale pour 2009  

Médecine
Diplômes de la communauté européenne
La violence en médecine
Les implications de l’affaire Perruche
Les sinistres médicaux déclarés semblent moins nombreux que prévu
Médecine & droit n°85
Législation et verres correcteurs (1/2)
Le travail aidé : complémentarité ophtalmologie - orthoptie
Le certificat d’aptitude à la vie scolaire n’a pas de fondement légal
Liens MMT
Refus ou absence du salarié à la visite médicale du travail
Les avocats, les médecins et la publicité sur Internet  
Importation de cellules  
Entre médecine et torture  
Vers de nouveaux tests en cancérologie  
CMU et charte de bonne conduite  
Siège de la convention médicale 2008  
Soins aux patients mineurs  
Les critères médicaux d’admission en affection de longue durée remis en question  
Le bilan de 10 ans de matériovigilance  
Le droit médical appliqué à l‘ophtalmologie médicale et chirurgicale  

Remplacement
A propos du médecin collaborateur libéral


SUR LE WEB


Bonnes fêtes de fin d'année 2017
Arrêté du 21 décembre 2017 : augmentation du forfait journalier en MCO et en psychiatrie
Projet de loi autorisant la ratification du protocole n°16 à la convention de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales
Projet de loi relatif à la protection des données personnelles
Proposition de loi permettant une bonne application du régime d'asile européen
Proposition de loi créant un dispositif de don de jours de repos non pris au bénéfice des proches aidants de personnes en perte d'autonomie ou présentant un handicap
Proposition de loi relative à l'exercice des compétences des collectivités territoriales dans le domaine de la gestion des milieux aquatiques et de la prévention des inondations
Projet de loi pour un État au service d'une société de confiance



Bertrand Hue
DESS de droit médical

Refus ou absence du salarié à la visite médicale du travail
Ecole et certificats médicaux
Ce que change la définition du conjoint collaborateur
Du serment d’Hippocrate au serment médical
Bon de transport : mode d’emploi
 

  

 

Espace publicitaire .

 

 
 
© 2004-2018 Droit-medical.net  Tous droits réservés
MediaMed Iroises - 7402x.5