| SOMMAIRE | PLAN | RÉSUMÉ    

 
Droit d’exercer et sanctions des sections des assurances sociales
Médecine, Europe et amnistie
Des soins contraires à l’honneur et à la probité...
Première publication : 1er janvier 1970, mise en ligne: mercredi 25 juillet 2007 -  Jacques Vitenberg

Sans qu’il soit question de porter un jugement sur les évènements récents survenus au Royaume-Uni ou sur les modalités de recrutement des médecins étrangers dans ce pays, cette affaire nous permet de mettre en parallèle la facilité déconcertante d’établissement de médecins non-européens dans un pays de l’Union européenne et l’impossibilité faite à toute une catégorie de médecins français d’y travailler.

Des évènements dramatiques impliquant des médecins liés au terrorisme viennent de se produire chez nos voisins européens d’outre-Manche.
Le but de cet article n’est pas d’anticiper sur les résultats de l’enquête en cours, ni sur les jugements à venir, mais il est déjà établi que l’un des kamikazes de l’attentat de Glasgow est un médecin étranger à l’espace européen.

Esculape (Rhodes).Nous ne porterons pas de jugement sur les personnes en cause, sur leurs origines ou leurs croyances religieuses. En revanche, nous abordons le problème douloureux de la situation de paria faite aux médecins de l’hexagone condamnés à des peines d’interdiction de donner des soins aux assurés sociaux par les sections ordinales des assurances sociales pour des durées souvent très courtes.
Les faits à l’origine de ces sanctions sont quasi systématiquement qualifiés de contraires à l’honneur et à la probité, donc non amnistiables, et empêchant de ce fait l’exercice du médecin dans un autre pays de l’Union européenne.

Le formulaire à remplir pour l’installation outre-Manche comporte toujours une demande d’attestation de l’Ordre des médecins français certifiant que le postulant n’a jamais été condamné pour des faits contraires à l’honneur et à la probité.
Or il se trouve que plusieurs de ces candidats à l’exil ont été condamnés par la section des assurances sociales à des peines d’interdiction de donner des soins à des assurés sociaux, très souvent d’une durée d’un mois, voire de plusieurs semaines, parfois de trois mois. Il est exceptionnel de voir des sanctions supérieures à six mois, mais la nature des griefs est alors différente, avec une connotation pénale réelle et non de simples problèmes d’interprétation de la nomenclature des actes médicaux.
Peu importe, le résultat est le même : impossibilité de travailler dans un pays de l’Union européenne.

Une situation intolérable
appelant une réforme de l’amnistie

La qualification abusive de faits contraires à l’honneur et à la probité peut avoir des conséquences souvent dramatiques.
Devant les difficultés de maîtriser les dépenses de la Sécurité sociale, ou plus exactement de combler l’écart entre dépenses et recettes réelles, certains ont pensé que pénaliser le crime d’interprétation déviante de la nomenclature était la solution. Mais cela a, en définitive, été jugé excessif et impraticable, et ils ont échafaudé un système dans lequel les faits à l’origine des peines d’interdiction sont systématiquement qualifiés, jure praetoria, contraires à l’honneur et à la probité.

Le recours en cassation ne prospère généralement pas, la haute assemblée considérant que la nature des griefs ressort de l’appréciation souveraine des juges du fond et ne peut constituer un moyen tiré de l’inexacte qualification juridique des dits griefs.
Cette position n’a pas toujours été la jurisprudence du Conseil d’Etat, la frontière entre qualification et appréciation n’étant pas d’une interprétation aisée.

Des conséquences souvent dramatiques

Toujours est-il que le recours ne franchissant généralement pas l’obstacle de la Commission d’admission, le médecin est marqué au fer rouge in perpetuum.
Nous connaissons malheureusement un cas de suicide pour une interdiction de quelques mois. Indépendamment de ce cas extrême, la condamnation pose problème pour l’octroi de certaines fonctions administratives ou médicales en France, et elle exclut totalement la possibilité d’un exercice en Europe.
Le maintien de cette situation est insupportable, et ne peut que s’aggraver, une loi d’amnistie 2007 n’étant pas certaine à ce jour et ne pouvant que résoudre des cas exceptionnels.

L’éxécution de la sanction doit être disjointe de l’amnistie des faits

Une procédure ordinale s’échelonnant sur plusieurs années, une amnistie quinquennale régulière permettrait à la majorité des dossiers d’échapper à toute sanction, n’était le couperet de la notion d’honneur et de probité. Le pragmatisme et l’intérêt bien compris des médecins se rejoignent pour un examen réaliste des différents intervenants.
Nous pensons que les services contentieux de l’assurance maladie reprochent à la loi d’amnistie non pas d’être une « lex oblivionis » mais un moyen d’échapper à une sanction.
Une loi peut fort bien inclure une clause précisant que les faits non contraires à l’honneur et à la probité sont amnistiables une fois la sanction accomplie.
Cette loi s’appliquerait de surcroît à tous les faits remontant à la création des sections des assurances sociales et ayant donné lieu à des sanctions inférieures à six mois et un jour.
Il s’agit là d’une proposition réaliste intéressant des centaines de médecins, à ceux-là de manifester leur intérêt afin de justifier une démarche délicate.

Jacques Vitenberg
Chargé d’enseignement de droit médical à Paris V.
Lauréat de la Faculté de médecine de Paris.
Ancien professeur à l’Institut d’histochimie médicale.
Avocat au Barreau de Paris.



Partager   Publier sur Twitter  Publier sur Twitter  Publier sur Facebook  Publier sur Twitter  Publier sur Wikio  Publier sur Scoopeo  Publier sur Blogmarks  Publier sur Myspace  Publier sur Technorati  Ajouter un favori Google  Ajouter un favori LiveMSN  Publier sur Yahoo  Digg  Sphinn  del.icio.us  Zataz  Friendfeed 


 

Forum de l'article


Imprimer Imprimer cet article

      

  

 

 

  

 

Dans la même rubrique

La Cour de cassation a-t-elle mis le feu aux poudres ?
Le dossier médical personnel
A propos du médecin collaborateur libéral
L’ingérence du législateur dans le cours d’une procédure judiciaire
Des médecins libéraux réquisitionnés dans l’Essonne
Renouvellement de la prescription de lunettes par l’opticien
Le secret médical n’est plus...
Du serment d’Hippocrate au serment médical
Le conseil national de l’ordre des médecins désavoué par le conseil d’État
Assurance responsabilité civile professionnelle médicale : l’initiative privée mise à mal


THÈMES ABORDÉS

Assurance maladie
Sécurité sociale et représentativité syndicale des médecins
Devant les sections ordinales des assurances sociales
Soyez votre propre médecin traitant !
Législation et verres correcteurs (2/2)
Accident du travail, maladie professionnelle : qui décide ?
Disparités géographiques de consommation d’indemnités journalières en maladie  
Contrôle médical privé des employeurs  
Suicide et accident du travail  
Lien de subordination médecin-clinique et Sécurité sociale  
Honoraires des médecins et idées reçues  
Examen périodique de santé  
CCAM : les associations non répertoriées  
Arrêt de travail et sorties libres  
Comparution devant la commission de recours amiable de la Sécurité sociale  
Détective privé et travail pendant un arrêt maladie  

Droit communautaire
Le secret médical à l’aune de la Convention européenne des droits de l’homme
Le praticien face aux sections des assurances sociales
Des médicaments à usage pédiatrique...
Diplômes de la communauté européenne
Des produits de santé défectueux...
Naissance d’un enfant handicapé : l’avis du Conseil d’Etat
Une harmonisation européenne en expertise
Particularités des dispositifs médicaux « sur mesure »
Europe et e-santé  
Jurisprudence et règlement européen définissant le médicament  
Belgique : médicaments et propriété intellectuelle  
Conducteurs âgés : pourquoi pas de contrôle médical ?  
Licenciement et fécondation in vitro  
Vocabulaire droit médical néerlandais-français  
Le droit médical avec Quintura  
Harmonisation européenne en matière de loi applicable à la responsabilité civile  
Le président Sarkozy et les pharmaciens  
Donner son sang : toute une histoire...  

Médecine
Ecole et certificats médicaux
Afficher les tarifs : une obligation commune à tous les professionnels de santé
La prescription d’un antibiotique sans surveillance médicale est-elle une faute ?
Les implications de l’affaire Perruche
La saga de l’assurance Responsabilité civile professionnelle
La chirurgie esthétique : une chirurgie pour tous ?
Refus ou absence du salarié à la visite médicale du travail
Législation et verres correcteurs (1/2)
Les sinistres médicaux déclarés semblent moins nombreux que prévu
Liens MMT
Nouveau guide-barème pour l’évaluation des déficiences et incapacités des personnes handicapées  
2010 année généreuse  
Crise bancaire et crise cardiaque  
Médecine : des changements législatifs importants pour 2008  
Société hispano-américaine de droit médical  
Un label pour les sites santé  
Manuel d’éthique médicale de l’Association médicale mondiale  
Les avocats, les médecins et la publicité sur Internet  
Importation de cellules  
Faut-il développer l’automédication en France ?  


SUR LE WEB


Rentrées d'octobre 2018 et de janvier 2019 : Portes Ouvertes de l'école HEAD mardi 25 septembre 18h30-21h.
Le changement du régime matrimonial. Par Aurélie Thuegaz, Avocat.
GPA : que reste-t-il de la prohibition française ? Par Flora Labrousse, Avocat.
Opacité de l'administration fiscale. Par Pierre Farge, Avocat.
1er octobre 2018 : la dématérialisation des marchés publics approche, êtes-vous prêts ?
"La robe m'a tuer" : réforme du code de procédure pénale et de la loi organisant la profession d'avocat au Maroc. Par Mourad El Ajouti, Avocat.
Qui es-tu, journaliste juridique ?
Nuit blanche pour célébrer le droit : participez à la Nuit du Droit 2018 !



Jacques Vitenberg

Chargé d’enseignement de droit médical à Paris V

Lauréat de la Faculté de médecine de Paris

Ancien professeur à l’Institut d’histochimie médicale

Avocat au Barreau de Paris

Le conseil national de l’ordre des médecins désavoué par le conseil d’État
Une déposition de médecin expert annulée
Evolution de l’accès des ayants-droit au dossier médical
Un praticien lavé de l’accusation d’homicide
Le praticien face aux sections des assurances sociales
 

  

 

Espace publicitaire .

 

 
 
© 2004-2018 Droit-medical.net  Tous droits réservés
MediaMed Iroises - 7402x.5