| SOMMAIRE | PLAN | RÉSUMÉ    

  
Le conseil de l’ordre des médecins n’est pas seul juge

dimanche 27 mai 2007

La chambre disciplinaire du conseil national de l’ordre des médecins ne peut pas statuer sur une décision qu’elle a elle-même prise et il est rappelé que cette section disciplinaire "n’a pas l’obligation de transmettre au Conseil d’État, juge de cassation, un recours relevant de la compétence de ce dernier et présenté à tort devant elle. Ainsi, saisie d’un recours contre une de ses propres décisions ne constituant pas l’exercice d’une voie de rétractation, la section disciplinaire, qui a, par cette décision, épuisé sa compétence, doit rejeter ce recours comme irrecevable."

C’est ce qu’il ressort d’une décision du Conseil d’État statuant au contentieux du 22 février 2007.


VOIR EN LIGNE : La décision du Conseil d’État

 

Forum de la brève



Partager   Publier sur Twitter  Publier sur Twitter  Publier sur Facebook  Publier sur Twitter  Publier sur Wikio  Publier sur Scoopeo  Publier sur Blogmarks  Publier sur Myspace  Publier sur Technorati  Ajouter un favori Google  Ajouter un favori LiveMSN  Publier sur Yahoo  Digg  Sphinn  del.icio.us  Zataz  Friendfeed 


Espace publicitaire

      

  

 

 

  

 

Dans la même rubrique

Médecine, Europe et amnistie
Médecin collaborateur libéral : du pour et du contre...
L’appréciation souveraine des juges du fond
Responsabilité pour faute d’un médecin psychiatre
A propos du médecin collaborateur libéral
L’ingérence du législateur dans le cours d’une procédure judiciaire
Le droit de prescription est-il à vendre ?
Sécurité sociale et représentativité syndicale des médecins
La déclaration de choix du médecin traitant
Un praticien lavé de l’accusation d’homicide

THÈMES ABORDÉS

Jurisprudence
Les publications médicales dans les prétoires
A propos de la responsabilité civile professionnelle du médecin salarié
La prescription d’un antibiotique sans surveillance médicale est-elle une faute ?
Les infections nosocomiales (1/2)
Cologne, la circoncision et le Sida
Prévention, aptitude et médecine du travail
Des lendemains qui déchantent pour les médecins hospitaliers
La Cour de cassation a-t-elle mis le feu aux poudres ?
Infection nosocomiale et responsabilité de plein droit du praticien libéral
Des produits de santé défectueux...
Entre médecine et torture  
Quand un cabinet devient établissement de soins  
Cour d’appel et incapacité permanente partielle  
Chirurgien-dentiste, responsabilité de l’Etat et méconnaissance des engagements internationaux  
Abus de droit et rupture unilatérale d’un contrat  
Foetus et état civil  
Jurisprudence et protection de la victime d’un accident du travail  
Reclassement, employeur et médecin du travail  
Responsabilité de l’interne  
Rapport sur l’assurance en responsabilité civile professionnelle médicale  

Médecine
Droit médical - Les sites Internet francophones
Ecole et certificats médicaux
Refus ou absence du salarié à la visite médicale du travail
Rédaction
La saga de l’assurance Responsabilité civile professionnelle
Législation et verres correcteurs (1/2)
Faut-il garder un œil sur ses dossiers ?
Ostéopathie, qui peut faire quoi ?
Les sinistres médicaux déclarés semblent moins nombreux que prévu
Législation et verres correcteurs (2/2)
Respect du rayon de non-réinstallation  
Le médecin généraliste : interface entre le patient et la justice  
Résultats 2006 de l’Observatoire pour la sécurité des médecins  
Hériter d’un patient  
Victimes de l’amiante et cessation anticipée d’activitée  
Permanence des soins et fêtes de fin d’année  
Responsabilité civile médicale : les chiffres de la SHAM pour 2006  
Examen périodique de santé  
Ethique, religion, droit et procréation. Paris. Mardi 8 mars 2005  
Prévention routière des médecins  
 

Autres brèves de cette rubrique
 
Afssaps : arrêt de l’oxacilline orale et intramusculaire et de la cloxacilline intramusculaire
Le dépistage obligatoire et gratuit de la surdité neonatale a été voté par l’Assemblée nationale
L’affaire Tarpin met en difficulté l’institution ordinale
L’affaire Smet-Delajoux : défaut d’information ?
Le défaut d’information médicale du patient est passible de sanction
HPST : le recul de Roselyne Bachelot
Les ordres désapprouvent les procédures de coopération entre professionnels de santé
Forfait hospitalier : 18 euros depuis le 1er janvier 2010
Certificats de complaisance : un médecin bordelais mis en examen
La chirurgie plastique face aux poursuites pénales

 

  

 

Espace publicitaire .

 

 
 
© 2004-2018 Droit-medical.net  Tous droits réservés
MediaMed Iroises - 7402x.5