| SOMMAIRE | PLAN | RÉSUMÉ    

  
L’épilation réservée aux médecins

jeudi 7 février 2008

L’épilation au laser est un acte médical, qu’elle soit ou non pratiquée à titre esthétique.

Ainsi en a décidé la chambre criminelle de la Cour de cassation, le 8 janvier 2008 : "l’article L. 4161-1 du code de la santé publique, visé à la prévention, dispose qu’exerce illégalement la médecine toute personne qui, notamment, © Oguz Aralpratique l’un des actes professionnels prévus dans une nomenclature fixée par arrêté du ministre chargé de la santé pris après avis de l’Académie nationale de médecine, sans être titulaire d’un diplôme, certificat ou autre titre mentionné à l’article L. 4131-1 et exigé pour l’exercice de la profession de médecin, ou sans être bénéficiaire de dispositions spéciales ; que la nomenclature à laquelle il est ainsi fait référence est fixée par l’article 2 de l’arrêté ministériel du 6 janvier 1962 qui dispose que « ne peuvent être pratiqués que par les docteurs en médecine, conformément à l’article L. 372 (1°) du code de la santé publique, les actes médicaux suivants : 5° tout mode d’épilation, sauf les épilations à la pince ou à la cire".

Ce qu’il est intéressant de noter dans cet arrêt, c’est la réaffirmation de l’importance de l’arrêté de 1962 : "le pouvoir réglementaire a entendu non pas dresser une liste des moyens d’épilation dont l’usage serait autorisé aux personnes qui ne sont pas médecin, mais de leur interdire en principe « tout mode d’épilation » ; que dès lors, il importe peu que l’utilisation du laser pour pratiquer l’épilation n’ait pas existé à ces dates puisque, l’interdiction étant posée en principe, seule une nouvelle disposition expresse et dérogatoire, prise par le pouvoir réglementaire, aurait pu soustraire l’épilation au laser à cette interdiction".

Le laser n’est pas à mettre entre toutes les mains.


VOIR EN LIGNE : N° pourvoi 07-81193 sur Legifrance

 

Forum de la brève



Partager   Publier sur Twitter  Publier sur Twitter  Publier sur Facebook  Publier sur Twitter  Publier sur Wikio  Publier sur Scoopeo  Publier sur Blogmarks  Publier sur Myspace  Publier sur Technorati  Ajouter un favori Google  Ajouter un favori LiveMSN  Publier sur Yahoo  Digg  Sphinn  del.icio.us  Zataz  Friendfeed 


Espace publicitaire

      

  

 

 

  

 

Dans la même rubrique

A propos du médecin collaborateur libéral
Le contrat première embauche : la folie
Des médecins libéraux réquisitionnés dans l’Essonne
2007 : enfin la transparence de l’assurance responsabilité civile professionnelle médicale ?
Responsabilité pour faute d’un médecin psychiatre
Un médecin libéral peut-il refuser de voir un patient ?
La Cour de cassation a-t-elle mis le feu aux poudres ?
Unions : des dispositions législatives insuffisantes
La résiliation unilatérale d’un contrat d’exercice libéral
Les médecins généralistes victimes du virus H1N1

THÈMES ABORDÉS

Esthétique
Petit guide juridique du consommateur de chirurgie esthétique non réparatrice
La chirurgie esthétique : une chirurgie pour tous ?
Publicité faite par une clinique et déontologie  
L’épilation réservée aux médecins  
Une affaire au poil  
La chirurgie plastique face aux poursuites pénales  

Jurisprudence
Les infections nosocomiales (1/2)
Etat du droit et optométrie en 2006
A propos de la responsabilité civile professionnelle du médecin salarié
Infection nosocomiale et responsabilité de plein droit du praticien libéral
Le conseil national de l’ordre des médecins désavoué par le conseil d’État
Cologne, la circoncision et le Sida
Accident du travail, maladie professionnelle : qui décide ?
Des lendemains qui déchantent pour les médecins hospitaliers
Les infections nosocomiales (2/2)
Grandes manœuvres par motifs implicites
Responsabilité médicale - Les arrêts de la Cour de cassation  
Enchainer le patient  
Le conseil de l’ordre des médecins n’est pas seul juge  
Responsabilité de l’interne  
Naissance et droit pénal  
Legifrance en pleine mutation  
Arrêt de travail, accident du travail et reprise  
Responsabilité du fait d’une infection nosocomiale  
Responsabilité contractuelle du médecin et circonstances exceptionnelles  
La médecine n’est pas le monopole des médecins  
 

Autres brèves de cette rubrique
 
Afssaps : arrêt de l’oxacilline orale et intramusculaire et de la cloxacilline intramusculaire
Le dépistage obligatoire et gratuit de la surdité neonatale a été voté par l’Assemblée nationale
L’affaire Tarpin met en difficulté l’institution ordinale
L’affaire Smet-Delajoux : défaut d’information ?
Le défaut d’information médicale du patient est passible de sanction
HPST : le recul de Roselyne Bachelot
Les ordres désapprouvent les procédures de coopération entre professionnels de santé
Forfait hospitalier : 18 euros depuis le 1er janvier 2010
Certificats de complaisance : un médecin bordelais mis en examen
La chirurgie plastique face aux poursuites pénales

 

  

 

Espace publicitaire .

 

 
 
© 2004-2018 Droit-medical.net  Tous droits réservés
MediaMed Iroises - 7402x.5