| SOMMAIRE | PLAN | RÉSUMÉ    

  
Foetus et état civil

dimanche 10 février 2008

La première chambre civile de la Cour de cassation a apporté des précisions quant au statut des enfants nés sans vie par trois arrêts rendus le 6 février 2008 (n°128 - 129 - 130).

Face à l’intérêt des médias pour ces arrêts et aux doutes sur d’éventuelles répercussions sur le droit de pratiquer l’avortement, pourtant conforté par de nombreuses décisions de la Cour de cassation, celle-ci a rapidement mis en ligne un communiqué expliquant le pourquoi des décisions de la première chambre civile.

© Simon PedersenLes enfants nés sans avoir vécu peuvent être déclarés à l’officier d’état civil, lequel établit alors un acte d’enfant sans vie qui énonce les jour, heure et lieu de l’accouchement et ce depuis la loi du 8 janvier 1993 instituant l’article 79-1 du code civil.

Cet acte est inscrit à sa date sur les registres de décès. Il est important pour la famille puisqu’il permet notamment d’attribuer des prénoms à l’enfant, de désigner ses parents, de l’inscrire sur le livret de famille à titre de simple mention administrative, d’avoir accès à certains droits sociaux et autorise les parents à réclamer le corps de l’enfant afin d’organiser des obsèques.

Mais la loi ne précise pas le moment à partir duquel un foetus peut être considéré comme “un enfant sans vie”, ce qui est à l’origine des pourvois.

Une instruction générale de l’état civil se fondait jusque-là sur la définition de la viabilité donnée en 1977 par l’Organisation mondiale de la santé et prescrivait aux officiers d’état civil de n’inscrire que les enfants mort-nés après un terme de 22 semaines d’aménorrhée ou ayant un poids de 500 grammes. C’est en se basant sur ce principe qu’une cour d’appel avait débouté de leur demande tendant à ordonner à l’officier d’établir un acte d’état civil, les parents d’enfants morts-nés ne répondant pas à ces critères. C’est pour cette raison que ces trois affaires ont été soumises à la Cour de cassation.

Les services de la Cour de cassation expliquent cette décision par le fait qu’ "en cassant les arrêts rendus par cette cour d’appel, au motif qu’elle avait ajouté à la loi des conditions qu’elle ne prévoit pas, la Cour de cassation a au contraire entendu indiquer que l’article 79-1 du Code civil ne subordonnant l’établissement d’un acte d’enfant sans vie ni au poids du foetus, ni à la durée de la grossesse, tout foetus né sans vie à la suite d’un accouchement pouvait être inscrit sur les registres de décès de l’état civil, quel que soit son niveau de développement."


VOIR EN LIGNE : Le communiqué de la Cour de cassation

 

Forum de la brève



Partager   Publier sur Twitter  Publier sur Twitter  Publier sur Facebook  Publier sur Twitter  Publier sur Wikio  Publier sur Scoopeo  Publier sur Blogmarks  Publier sur Myspace  Publier sur Technorati  Ajouter un favori Google  Ajouter un favori LiveMSN  Publier sur Yahoo  Digg  Sphinn  del.icio.us  Zataz  Friendfeed 


Espace publicitaire

      

  

 

 

  

 

Dans la même rubrique

La Cour de cassation a-t-elle mis le feu aux poudres ?
Cologne, la circoncision et le Sida
La déclaration de choix du médecin traitant
Responsabilité pour faute d’un médecin psychiatre
A propos du médecin collaborateur libéral
Le secret médical n’est plus...
Les médecins généralistes victimes du virus H1N1
Confusion dans la composition du Conseil national de l’ordre des médecins
Etat du droit et optométrie en 2006
L’ingérence du législateur dans le cours d’une procédure judiciaire

THÈMES ABORDÉS

Droit
Un dictionnaire pour le droit de la santé et la biomédecine
Commissions régionales de conciliation et d’indemnisation : un succès
Médecine et justice aux Etats-Unis
Demandes d’emploi : droit de la santé
Chercheurs en droit de la santé
Traitez... vos déchets !
Le dépôt des biens et des valeurs à l’hôpital et en clinique
Offres d’emploi : droit de la santé
Sélection de liens en droit médical
Le médecin face aux maltraitances sur mineurs
Réconcilier Droit et Soins  
Exercice illégal de la profession d’infirmier  
2010 année généreuse  
Responsabilité médicale et e-DMP  
Loi de financement de la sécurité sociale pour 2009  
Victimes de l’amiante et cessation anticipée d’activitée  
Qu’est ce-que le droit médical ?  
Avenants de fin d’année  
Droit et téléradiologie  
Un diplôme universitaire de droit médical en Languedoc-Roussillon ?  

Gynécologie-obstétrique
Naissance d’un enfant handicapé : l’avis du Conseil d’Etat
Grandes manœuvres par motifs implicites
L’appréciation souveraine des juges du fond
Une FMC en gynécologie-obstétrique pour médecin expert  
Foetus et état civil  
Naissance et droit pénal  
Mammographie numérique et dépistage  
Licenciement et fécondation in vitro  
Allaiter au travail  

Jurisprudence
Les infections nosocomiales (1/2)
A propos de la responsabilité civile professionnelle du médecin salarié
Les fondements de la responsabilité médicale
Prévention, aptitude et médecine du travail
Le conseil national de l’ordre des médecins désavoué par le conseil d’État
Accident du travail, maladie professionnelle : qui décide ?
Implications juridiques d’un défaut de diagnostic de corps étranger intra-oculaire
Infection nosocomiale et responsabilité de plein droit du praticien libéral
Les implications de l’affaire Perruche
La prescription d’un antibiotique sans surveillance médicale est-elle une faute ?
Ménagez vos chèvres  
Stomatologie et chirurgie plastique  
Accident du travail et VIH  
Responsabilité du médecin généraliste après avis d’un spécialiste  
Licenciement et maladie  
Quand un cabinet devient établissement de soins  
Cour d’appel et incapacité permanente partielle  
Congés payés et accident du travail  
Enchainer le patient  
Comportement conforme aux règles de l’Art et décès du patient  
 

Autres brèves de cette rubrique
 
Afssaps : arrêt de l’oxacilline orale et intramusculaire et de la cloxacilline intramusculaire
Le dépistage obligatoire et gratuit de la surdité neonatale a été voté par l’Assemblée nationale
L’affaire Tarpin met en difficulté l’institution ordinale
L’affaire Smet-Delajoux : défaut d’information ?
Le défaut d’information médicale du patient est passible de sanction
HPST : le recul de Roselyne Bachelot
Les ordres désapprouvent les procédures de coopération entre professionnels de santé
Forfait hospitalier : 18 euros depuis le 1er janvier 2010
Certificats de complaisance : un médecin bordelais mis en examen
La chirurgie plastique face aux poursuites pénales

 

  

 

Espace publicitaire .

 

 
 
© 2004-2018 Droit-medical.net  Tous droits réservés
MediaMed Iroises - 7402x.5