| SOMMAIRE | PLAN | RÉSUMÉ    

  
L’ordre règne à Lille

dimanche 1er juin 2008

Par Jacques Vitenberg

Le 29 novembre 1830, le maréchal Bastien Sebastiani, ministre de la Guerre, pressé de questions devant la Chambre au sujet de l’absence d’intervention française en faveur des insurgés polonais à Varsovie, s’embrouille dans un argumentaire complexe. La presse résume son discours par une phrase devenue célèbre : « L’ordre règne à Varsovie ». La paix européenne et les intérêts français valaient bien quelques coups de canif aux engagements écrits ou verbaux et la France abrita généreusement les milliers d’exilés polonais, dont le célèbre compositeur Frédéric Chopin.
Le 29 mai 2008, la Chancellerie, gênée par un jugement du tribunal de grande instance de Lille annulant le mariage de deux époux musulmans sur demande du conjoint pour absence d’hymen de la mariée, nous apprend, ce que nous savions déjà, que le jugement visait le deuxième alinéa de l’article 180 du code civil.

Plus de prudence eût été sans doute de mise, le problème juridique résidant justement dans l’inadéquation de cet alinéa avec les faits de la cause.
Racida Dati, garde des sceaux.Mais l’exégèse de l’article 180 ne semblait pas être le problème principal aux yeux du Garde des Sceaux, puisque madame Rachida Dati ajoute que le rôle de la Justice étant de protéger les faibles, l’annulation du mariage est une bonne chose, sous-entendu pour l’épouse répudiée, car il s’agit bien d’une répudiation conforme au droit musulman, nonobstant les gesticulations intellectuelles faites autour de l’article 180.
Vu sous cet angle, le point de vue de la Chancellerie serait défendable ; sauf qu’il était possible de séparer les époux par une procédure de divorce amiable qui, elle, serait respectueuse de l’ordre public français, républicain et laïque objectivé par les textes constitutionnels (constitution et bloc constitutionnel) et par de nombreux autres de valeur normative inférieure, sans oublier les textes supra-constitutionnels. Si l’on ajoute à l’argument de protection de la jeune femme le fait qu’aucune voiture n’a été incendiée dans la région lilloise à la suite du verdict du tribunal de grande instance, la comparaison avec les évènements de 1830, mutatis mutandis, nous permet d’illustrer la position, espérons-le temporaire, de la Chancellerie, par la locution de 1830 modifiée en : « L’ordre règne à Lille ».

[...]

Lire la suite


VOIR EN LIGNE : OpiMed

 

Forum de la brève



Partager   Publier sur Twitter  Publier sur Twitter  Publier sur Facebook  Publier sur Twitter  Publier sur Wikio  Publier sur Scoopeo  Publier sur Blogmarks  Publier sur Myspace  Publier sur Technorati  Ajouter un favori Google  Ajouter un favori LiveMSN  Publier sur Yahoo  Digg  Sphinn  del.icio.us  Zataz  Friendfeed 


Espace publicitaire

      

  

 

 

  

 

Dans la même rubrique

La déclaration de choix du médecin traitant
Un praticien lavé de l’accusation d’homicide
L’appréciation souveraine des juges du fond
Etat du droit et optométrie en 2006
Cologne, la circoncision et le Sida
Unions : des dispositions législatives insuffisantes
Responsabilité pour faute d’un médecin psychiatre
Responsabilité civile 2006 : de nouvelles difficultés à prévoir ?
La prescription d’un antibiotique sans surveillance médicale est-elle une faute ?
Votre logiciel de prescription respecte t-il la Loi ?

THÈMES ABORDÉS

Droit civil
Les médecins généralistes victimes du virus H1N1
Implications juridiques d’un défaut de diagnostic de corps étranger intra-oculaire
Infection nosocomiale et responsabilité de plein droit du praticien libéral
Chauffards de la responsabilité civile professionnelle médicale ?
Le défaut d’information médicale du patient est passible de sanction  
Exposition à l’amiante  
Ethique, religion, droit et procréation. Paris. Mardi 8 mars 2005  
De la bonne tenue du dossier médical  
La médecine n’est pas le monopole des médecins  
L’affaire Smet-Delajoux : défaut d’information ?  
Qu’est ce-que le droit médical ?  
e-DMP : aspects juridiques  
L’ordre règne à Lille  
Pas de dérogation au secret médical  

Jurisprudence
Les infections nosocomiales (1/2)
Accident du travail, maladie professionnelle : qui décide ?
Des lendemains qui déchantent pour les médecins hospitaliers
Le médecin face aux limites de l’obligation d’information
Des produits de santé défectueux...
Les publications médicales dans les prétoires
Prévention, aptitude et médecine du travail
Les implications de l’affaire Perruche
Les infections nosocomiales (2/2)
Les fondements de la responsabilité médicale
Arrêt de travail, accident du travail et reprise  
Jurisprudence et règlement européen définissant le médicament  
Kinésithérapie et droit de la santé : un site d’experts  
Sang contaminé et réparation du dommage  
Appel du médecin par la sage-femme  
Alcool, conduite et examen médical  
Contamination par le virus de l’hépatite C au cours de transfusions sanguines  
Responsabilité du fait d’une infection nosocomiale  
Risque exceptionnel et responsabilité sans faute  
Chirurgien-dentiste et indemnité de non-concurrence  

Social
Les médecins sont-ils des dealers ?
Sécurité sociale et représentativité syndicale des médecins
La violence en médecine
Devant les sections ordinales des assurances sociales
Le dossier médical personnel
Incapacité, invalidité et handicap
Droit du travail - Actualité du jour
Rapport sur l’indemnisation du dommage corporel  
Refuser une aide-ménagère à sa mère  
Les français préfèrent être représentés par un médecin que par un politicien  
L’actualité sociale du jour  
Les médecins et la violence  
Code de la famille et de l’aide sociale  
CMU et charte de bonne conduite  
Médecin coordonnateur exerçant dans un établissement hébergeant des personnes agées dépendantes  
Convention collective du personnel des cabinets médicaux  
Améliorer la répartition des professionnels de santé sur le territoire  
 

Autres brèves de cette rubrique
 
Afssaps : arrêt de l’oxacilline orale et intramusculaire et de la cloxacilline intramusculaire
Le dépistage obligatoire et gratuit de la surdité neonatale a été voté par l’Assemblée nationale
L’affaire Tarpin met en difficulté l’institution ordinale
L’affaire Smet-Delajoux : défaut d’information ?
Le défaut d’information médicale du patient est passible de sanction
HPST : le recul de Roselyne Bachelot
Les ordres désapprouvent les procédures de coopération entre professionnels de santé
Forfait hospitalier : 18 euros depuis le 1er janvier 2010
Certificats de complaisance : un médecin bordelais mis en examen
La chirurgie plastique face aux poursuites pénales

 

  

 

Espace publicitaire .

 

 
 
© 2004-2018 Droit-medical.net  Tous droits réservés
MediaMed Iroises - 7402x.5