| SOMMAIRE | PLAN | RÉSUMÉ    

  
Afssaps : arrêt de l’oxacilline orale et intramusculaire et de la cloxacilline intramusculaire

dimanche 29 mai 2011

« Les pénicillines du groupe M ont fait l’objet d’une ré-évaluation de leur balance bénéfice/sécurité d’emploi dans le traitement des infections dues aux staphylocoques et/ou aux streptocoques. Cette ré-évaluation s’inscrit au nom du bon usage des antibiotiques et répond aux exigences actuelles de l’évaluation de ces antibiotiques vus les objectifs d’efficacité escomptés compte tenu d’une sécurité acceptable.

Cette réévaluation a abouti aux décisions suivantes :

- retrait du marché de spécialités à base d’oxacilline orale et suppression(*) du recours à la voie intra-musculaire des spécialités à base d’oxacilline et de cloxacilline à compter du 23 mai 2011

- maintien de :
o la voie intraveineuse pour l’oxacilline et la cloxacilline, avec révision de leur schéma posologique
o la cloxacilline par voie orale, uniquement dans le traitement des infections cutanées peu sévères dues aux staphylocoques et/ou aux streptocoques sensibles

Ce nouveau cadre d’utilisation des pénicillines du groupe M avec la suppression de la voie orale d’oxacilline et des voies IM d’oxacilline et de cloxacilline, ne va pas occasionner de difficultés à la prise en charge des patients. Il n’a en effet pas été identifié de situation microbiologique ou clinique sans alternatives thérapeutiques possibles. Continuer à prescrire selon les anciennes mentions légales dans ces cas constituerait une perte de chance pour les patients, car outre l’inefficacité et donc l’échec thérapeutique, le sous-dosage expose à un problème d’antibiorésistance. D’autres antibiotiques de propriétés pharmacologiques meilleures sont à utiliser dans ces circonstances.
Après plus de 20 ans d’utilisation, si les pénicillines du groupe M gardent un intérêt thérapeutique le maintien de leur AMM en l’état constituerait une perte de chance pour les patients (échec thérapeutique) et favoriserait la sélection de bactéries résistantes (concentrations sub-optimales). Compte tenu de l’évolution épidémiologique des résistances bactériennes, du contexte actuel du nombre limité de nouveaux antibiotiques développés, et considérant la politique actuelle nationale et internationale vis-à-vis de la gestion des antibiotiques, il importe de respecter le bon usage des anti-infectieux pour conserver au mieux leur efficacité dans les situations où ils sont indispensables. Cette réévaluation s’inscrit dans cet objectif, contribuant ainsi à actualiser la prescription des pénicillines du groupe M en les cadrant selon des règles d’utilisation redéfinies dans le traitement d’infections pour lesquelles le rapport efficacité-sécurité d’emploi est positif. »


VOIR EN LIGNE : Réévaluation des pénicillines du groupe M administrées par voies orale et injectable : OXACILLINE ET CLOXACILLINE - Dossier argumentaire Mai 2011

 

Forum de la brève



Partager   Publier sur Twitter  Publier sur Twitter  Publier sur Facebook  Publier sur Twitter  Publier sur Wikio  Publier sur Scoopeo  Publier sur Blogmarks  Publier sur Myspace  Publier sur Technorati  Ajouter un favori Google  Ajouter un favori LiveMSN  Publier sur Yahoo  Digg  Sphinn  del.icio.us  Zataz  Friendfeed 


Espace publicitaire

      

  

 

 

  

 

Dans la même rubrique

Traitez... vos dchets !
A propos du mdecin collaborateur libral
Responsabilit pour faute d’un mdecin psychiatre
Evolution de l’accs des ayants-droit au dossier mdical
Les mdecins gnralistes victimes du virus H1N1
Responsabilit civile 2006 : de nouvelles difficults prvoir ?
Un praticien lav de l’accusation d’homicide
Cologne, la circoncision et le Sida
La Cour de cassation a-t-elle mis le feu aux poudres ?
La Sham publie la sinistralit 2005 de ses assurs

THÈMES ABORDÉS

Bonne pratique
Le pige des bonnes pratiques mdicales
Ostopathie, qui peut faire quoi ?
Le conseil national de l’ordre des mdecins dsavou par le conseil d’État
L’affaire Smet-Delajoux : dfaut d’information ?  
Afssaps : arrêt de l’oxacilline orale et intramusculaire et de la cloxacilline intramusculaire  
Syphilis : en verra-t-on le bout ?  
Cration de l’Ordre national des infirmiers  
Les mdecins ont leur propre notion de la qualit  
Lve-personne : recommandations Afssaps sophistiques  
Radiothrapie externe : plus jamais a  
Consultation publique sur le conditionnement unitaire des spcialits pharmaceutiques  
Les ordres dsapprouvent les procdures de coopration entre professionnels de sant  
Formation des internes spcialiss en mdecine gnrale en droit de la sant  

Médicament
Des mdicaments usage pdiatrique...
Les mdecins sont-ils des dealers ?
Des mdicaments utiliss en dehors des indications de l’autorisation de mise sur le march
Soumission chimique  
Le prsident Sarkozy et les pharmaciens  
Mise en vente libre de certains mdicaments  
Mdecin esthticien, plaquette publicitaire d’un produit et obligation d’information  
CNIL et pharmacovigilance  
Drames  
Prise en charge titre drogatoire de certaines spcialits pharmaceutiques, produits ou prestations  
Accs aux mdicaments hors AMM et aux produits de sant non remboursables  
L’Afssaps et les substances illicites  
Trouver la pharmacie de garde  

Santé publique
Votre logiciel de prescription respecte t-il la Loi ?
Renouvellement de la prescription de lunettes par l’opticien
Le contrat premire embauche : la folie
Lgislation et verres correcteurs (2/2)
Sécurité sociale et représentativité syndicale des médecins
Les infections nosocomiales (2/2)
Le dossier mdical personnel
La dclaration de choix du mdecin traitant
Docteur, je vous donne mon cœur !
De la scurit alimentaire la sant publique
Loi de financement de la scurit sociale pour 2009  
Dmographie des mdecins trangers exerant en France  
Donner son sang : toute une histoire...  
Artisans retraits et amiante  
Doute, hpatite C et jurisprudence  
Projet de loi sur l’accs aux soins  
Publicit sur le tabac et Convention europenne des droits de l’homme  
Stratgie mondiale pour la sant publique, l’innovation et la proprit intellectuelle  
Code de la sant publique  
Scolarit : une demande de certificat mdical n’est justifie que dans certains cas parfaitement dfinis  
 

Autres brèves de cette rubrique
 
Afssaps : arrêt de l’oxacilline orale et intramusculaire et de la cloxacilline intramusculaire
Le dpistage obligatoire et gratuit de la surdit neonatale a t vot par l’Assemble nationale
L’affaire Tarpin met en difficult l’institution ordinale
L’affaire Smet-Delajoux : dfaut d’information ?
Le dfaut d’information mdicale du patient est passible de sanction
HPST : le recul de Roselyne Bachelot
Les ordres dsapprouvent les procdures de coopration entre professionnels de sant
Forfait hospitalier : 18 euros depuis le 1er janvier 2010
Certificats de complaisance : un mdecin bordelais mis en examen
La chirurgie plastique face aux poursuites pnales

 

  

 

Espace publicitaire .

 

 
 
© 2004-2019 Droit-medical.net  Tous droits réservés
MediaMed Iroises - 7402x.5