| SOMMAIRE | PLAN | RÉSUMÉ    

  
Isomeride et défectuosité

lundi 15 mai 2006

La cour de cassation a statué que :

"1° Une cour d’appel qui a relevé qu’il ressortait des études épidémiologiques et de pharmaco-vigilance évoquées par les experts et de l’avis même de ces derniers que la dexfenfluramine constituait un facteur favorisant l’hypertension artérielle pulmonaire primitive (HTAPP) même si elle n’en était pas la cause exclusive et que la suspension de l’autorisation de mise sur le marché (AMM) de l’Isoméride par l’Agence du médicament, intervenue concomitamment au retrait par le fabricant de ce médicament dans les autres pays, était notamment due aux cas d’HTAPP ayant entraîné des restrictions de prescription et à l’existence d’un rapport bénéfice/risque n’apparaissant plus favorable et qui a aussi constaté que, dans le cas du demandeur, les experts avaient écarté les autres causes possibles d’HTAPP et estimé que l’Isoméride était une cause directe et partielle dans la mesure où il y avait une prédisposition de ce dernier comme pour tout malade présentant une affection très rare, et une cause adéquate, en l’absence de tout autre motif de nature à l’expliquer, a pu en déduire qu’il existait des présomptions graves, précises et concordantes permettant, dans le cas de ce demandeur, d’imputer l’apparition de l’HTAPP à la prise d’Isoméride.

2° Manque en fait le moyen qui conteste le caractère défectueux de l’Isoméride en se prévalant des risques d’hypertension artérielle pulmonaire primitive (HTAPP) mentionnés dans les notices destinées aux médecins et aux malades, alors qu’il résulte des constatations de la cour d’appel qu’à la date de la prescription, l’annexe II de l’autorisation de mise sur le marché de l’Isoméride, correspondant à l’information reprise dans la notice, ne faisait aucune référence à l’existence d’un risque d’HTAPP et l’annexe I, correspondant au résumé des caractéristiques du produit dont disposait le médecin ayant prescrit l’Isoméride, mentionnait seulement que des cas d’hypertension artérielle avaient été rapportés chez des patients généralement obèses sans qu’aucun lien de causalité n’ait été établi avec la prise d’Isoméride.

3° Viole l’article 1382 du code civil la cour d’appel qui, pour mettre hors de cause un médecin du travail et son employeur, relève qu’il n’était pas établi que la prescription de l’Isoméride aurait été imprudente et que la faute commise par celui-ci en prescrivant ce produit, bien qu’il assurait un service de médecine préventive, relevait de la police de l’exercice de l’activité médicale entre médecins et n’était pas de nature à constituer en la circonstance une faute en relation avec le dommage, alors que l’hypertension artérielle pulmonaire primitive dont a été atteint le demandeur était liée à la prescription d’Isoméride par le praticien ayant contrevenu à ses obligations de médecin du travail".

Cour de cassation, 1re chambre civile, 14 janvier 2006

Bulletin d’information de la cour de cassation, n°639


VOIR EN LIGNE :

 

Forum de la brève



Partager   Publier sur Twitter  Publier sur Twitter  Publier sur Facebook  Publier sur Twitter  Publier sur Wikio  Publier sur Scoopeo  Publier sur Blogmarks  Publier sur Myspace  Publier sur Technorati  Ajouter un favori Google  Ajouter un favori LiveMSN  Publier sur Yahoo  Digg  Sphinn  del.icio.us  Zataz  Friendfeed 


Espace publicitaire

      

  

 

 

  

 

Dans la même rubrique

Les publications médicales dans les prétoires
Le praticien face aux sections des assurances sociales
La faute caractérisée et la notion de probabilité
Le piège des bonnes pratiques médicales
Conservation des dossiers de consultations privées à l’hôpital public
L’accès direct du patient au dossier médical en cabinet libéral
Médecin collaborateur salarié ou libéral ?
Les primes de responsabilité civile professionnelle des médecins sont justifiées...
Les infections nosocomiales (1/2)
Implications juridiques d’un défaut de diagnostic de corps étranger intra-oculaire

THÈMES ABORDÉS

Jurisprudence
Naissance d’un enfant handicapé : l’avis du Conseil d’Etat
Les infections nosocomiales (2/2)
Le conseil national de l’ordre des médecins désavoué par le conseil d’État
Etat du droit et optométrie en 2006
La prescription d’un antibiotique sans surveillance médicale est-elle une faute ?
A propos de la responsabilité civile professionnelle du médecin salarié
L’appréciation souveraine des juges du fond
Accident du travail, maladie professionnelle : qui décide ?
Prévention, aptitude et médecine du travail
Le médecin face aux limites de l’obligation d’information
Jurisprudence et expert judiciaire  
Le défaut d’information médicale du patient est passible de sanction  
Refuser une aide-ménagère à sa mère  
Naissance et droit pénal  
Etablissement de soins sans hébergement  
Médecin, responsabilité contractuelle et soins conformes aux données acquises de la science  
Faute détachable du service  
Assurance et médecin salarié  
Foetus et état civil  
Pas de dérogation au secret médical  

Médicament
Des médicaments à usage pédiatrique...
Des médicaments utilisés en dehors des indications de l’autorisation de mise sur le marché
Les médecins sont-ils des dealers ?
CNIL et pharmacovigilance  
Communication sur Internet des entreprises pharmaceutiques  
Afssaps : arrêt de l’oxacilline orale et intramusculaire et de la cloxacilline intramusculaire  
Jurisprudence et règlement européen définissant le médicament  
Consultation publique sur le conditionnement unitaire des spécialités pharmaceutiques  
Le président Sarkozy et les pharmaciens  
Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’Afssaps  
Drames  
Médicament : autorisation d’utilisation temporaire  
Courrier électronique et médicament  

Pharmacie
Les huiles essentielles vendues en pharmacie  
Exercice illégal de la pharmacie : quatre gérants d’herboristerie chinoise condamnés  
Cadre juridique du métier de pharmacien  
Isomeride et défectuosité  
Refus de traduire un pharmacien en chambre disciplinaire  
L’Afssaps et les substances illicites  
Refus d’un employé d’être exposé à une substance cancérigène  
Trouver la pharmacie de garde  
 

Autres brèves de cette rubrique
 
Combien de temps faut-il conserver les documents santé ?
Restriction des bons de transport
Levée de l’anonymat dans les centres de dépistage : les garanties de la CNIL
Belgique : une meilleure protection des données médicales confiées à l’assureur
Scolarité : une demande de certificat médical n’est justifiée que dans certains cas parfaitement définis
Code de déontologie des masseurs-kinésithérapeutes : une vraie nouveauté ?
Cadre juridique du métier de pharmacien
Collaborateur salarié : les contrats proposés par l’Ordre des médecins
Loi de financement de la sécurité sociale pour 2009
La certification des logiciels d’aide à la prescription officialisée

 

  

 

Espace publicitaire .

 

 
 
© 2004-2018 Droit-medical.net  Tous droits réservés
MediaMed Iroises - 7402x.5